« Sanofi-Pasteur est un modèle pour l'intégration de Genzyme »

 |   |  645  mots
STRONG>Sanofi a logé Genzyme dans une filiale dédiée. À quel type d'intégration s'attendre ?Sanofi-Pasteur peut être un modèle pour l'intégration de Genzyme : nous avons gardé une certaine forme d'indépendance tout en travaillant étroitement avec nos collègues de Sanofi-Aventis. Vous êtes arrivés chez Sanofi-Pasteur en janvier, après avoir dirigé les opérations pharmaceutiques en Asie/Pacifique et au Japon. Quels sont vos objectifs dans les pays émergents ?Nous allons aller chercher du volume dans les vaccins, comme nous l'avons fait dans les médicaments. Ces dix dernières années, les pays matures ont représenté les deux tiers de notre croissance. D'une valeur de 5 milliards d'euros en 2010, le marché des vaccins dans les émergents doit doubler d'ici 2015, soit une hausse de 15 % par an. Nous voulons faire mieux que le marché. Nous avons passé la barre du milliard d'euros dans ces pays pour la première fois l'an dernier. Ce potentiel de croissance vient d'un constat simple : les cohortes de naissances en Inde (25 millions de naissance par an) sont six fois plus importantes qu'aux États-Unis et en Europe (4 millions). En Chine, on atteint 17 à 19 millions de naissances par an. Sanofi-Pasteur est leader au Brésil, au Mexique et en Inde. Où en sont vos difficultés de production dans l'usine indienne Shantha, rachetée mi-2009 à l'Institut Mérieux ?Nous avons rencontré un problème de « floculation » (dépôt blanc au moment d'injecter le vaccin) qui a conduit l'OMS a suspendre notre vaccin Shantha 5. Nous avons perdu un contrat de 340 millions de dollars avec l'Organisation. Nous travaillons sur les procédés afin de résoudre ce problème, et sommes en train de faire une nouvelle offre à l'OMS pour la période 2013-2015. Dans l'intervalle, elle s'est arrangée avec différents producteurs, dont Crucell, pour acquérir des doses. Shantha montre bien la complexité de faire des vaccins, mais nous voulons en faire notre plate-forme pour servir les pays du Sud.Allez-vous réaliser d'autres acquisitions du même type ? Nous restons opportunistes. Nous observons de manière proche ce qui va se passer dans les pays émergents, notamment en Inde. Les multinationales y consolident leurs positions mais le nombre d'acteurs locaux y est encore important. En Chine, nous avons un peu moins de 10 % de parts de marché. Nous construisons aussi deux usines (100 millions d'investissement de dollars chacune) en Chine et au Mexique, pour des vaccins anti-grippe. Elles seront opérationnelles en 2013. Craignez-vous de pâtir des mouvements anti-vaccins, notamment après la grippe A ?Nous attendons des ventes en croissance en 2011 par rapport aux 845 millions d'euros de revenus de la grippe saisonnière (en croissance de plus de 30 %) en 2010. Mais il faut re-sensibiliser l'ensemble des patients aux vaccins. Nous avons un rôle à y jouer en sensibilisant aussi les gouvernements : en termes de santé publique, le vaccin, produit préventif par excellence, est l'investissement le plus rentable qui soit. Mais la situation est différente selon les pays. Aux États-Unis, 45 % des adultes sont vaccinés contre la grippe saisonnière, en Europe, un tiers. Quelle rentabilité dégagez-vous avec les vaccins ? C'est un secteur beaucoup plus capitalistique que les médicaments, mais notre rentabilité est sensiblement équivalente à celle de la pharmacie, même si la marge brute est inférieure. Notre marge opérationnelle est d'environ 30 %. Quels seront vos prochains lancements ? Aux États-Unis, nous préparons le lancement d'une forme intradermale et d'un vaccin quadrivalent (quatre souches différentes) pour la grippe saisonnière. Entre 2006 et 2010, nous avons investi 1,9 milliard d'euros en capacités de production pour préparer nos lancements, notamment le vaccin contre la dengue, deuxième maladie tropicale après la malaria, qui sera fabriqué à Neuville-sur-Saône près de Lyon. C'est un vrai pari industriel car il ne sera pas disponible avant 2014.Propos recueillis par Audrey TonnelierOlivier Charmeil, PDG de Sanofi-Pasteur

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :