Qui a 3,3 milliards de dollars pour sauver le secteur automobile américain ?

 |   |  314  mots
Le plan de sauvetage du secteur automobile américain devait coûter 21,7 milliards de dollars. Il en faudra 3,3 milliards de plus. C\'est ce qu\'indique un document du Trésor américain que s\'est procuré par l\'AFP. L\'administration Obama avait accordé en 2009 une aide aux  \"Big Three\" de Detroit.  Les constructeurs automobiles General Motors (GM) et Chrysler en particulier étaient confrontés à de lourdes de dettes et avaient des difficultés à payer les retraites de leurs anciens employés. Au total, 81 milliards de dollars de fonds publics avaient été débloqués sous la forme de prêts ou de subventions, en échange de sévères plans de restructuration chez Chrysler et GM, qui avaient été contraints de déposer le bilan au printemps 2009 et de passer partiellement sous le giron de l\'Etat américain, le Canada et la province de l\'Ontario ayant aussi participé au plan de sauvetage.\"Mur de la dette\"Le Trésor américain a, depuis, récupéré une partie de ces fonds, en cash ou en actions, mais s\'attend désormais à perdre dans l\'opération un montant net de 25 milliards de dollars, selon le rapport de suivi du programme \"Tarp\" d\'aide au secteur financier envoyé vendredi au Congrès. En juin 2011, ces pertes étaient encore évaluées à 14,3 milliards de dollars. Problème: le pays est confronté au \"mur de la dette\". Une situation qui divise le pays en pleine campagne pour l\'élection présidentielle. L\'organisme public, quant à lui, continue de défendre le programme. \"Le plan de sauvetage de l\'industrie automobile a contribué à sauver un million d\'emplois au sein du poumon industriel du pays et devrait coûter bien moins que ce que beaucoup redoutaient au plus fort de la crise\", a ainsi assuré à l\'AFP un porte-parole du Trésor Matt Anderson. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :