Décision imminente sur la mise en Bourse de CFAO

 |   |  323  mots
distributionFrançois-Henri Pinault préside aujourd'hui le conseil d'administration de PPR qui doit décider ou non de l'introduction en Bourse de CFAO. Début octobre, le groupe aux 20 milliards d'euros de chiffre d'affaires a annoncé vouloir céder le contrôle de cette filiale spécialisée dans la distribution d'automobiles et de médicaments en Afrique. Ce sera en l'introduisant sur Euronext d'ici à la fin de l'année 2009. PPR entend plutôt privilégier ses marques d'équipement de la personne. L'opération ne se fera que si les conditions de marché s'y prêtent, a d'emblée précisé le PDG de PPR.François-Henri Pinault et son conseil d'administration se sont interrogés sur le coût des fonds d'investissement pour une société panafricaine et sur la part de capital à céder. Depuis, quatre banques (Goldman Sachs, BNP Paribas, Société Généralecute; Générale et Crédit Agricolegricole) ont planché sur la valorisation de cette filiale. Elle vaudrait entre 1,7 et 2,2 milliards d'euros. Sa dette nette s'élèverait à environ 400 millions d'euros. Une valorisation aux alentours des 2 milliards d'euros est désormais le chiffre qui circule. Par prudence, la fourchette basse du prix d'introduction serait retenue.« Il n'y a pas d'urgence »Mais l'opération se fera-t-elle ? C'est du 50-50, indiquait-on chez PPR début novembre. François-Henri Pinault ne veut pas brader CFAO, dont la marge opérationnelle s'est établie à 9,7 % en 2008, pour 2,8 milliards d'euros. « Il n'y a pas d'urgence », a de surcroît souligné Richard Bielle, président du directoire de CFAO lors d'une interview aux « Échos » parue le 10 novembre, comme pour mieux préparer le terrain à un éventuel abandon du projet. Car les conditions de marché sont-elles vraiment réunies ? Rien n'est vraiment probant. Après un rebond début octobre, le CAC 40 a perdu 0,81 % depuis le 8 octobre, date de l'annonce du projet. Et le titre PPR a perdu 6,07 % à la Bourse de Paris. Juliette Garnie

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :