Bosch-Siemens met les bouchées doubles sur les appareils économes en énergie

 |   |  399  mots
Patience ! Il faudra attendre la prochaine édition en septembre de l'IFA, le salon de l'électronique grand public qui se tient à Berlin, pour découvrir la nouvelle gamme d'appareils électroménagers à faible consommation d'énergie du fabricant allemand Bosch-Siemens (BSH). Le numéro un du marché européen en a fait sa priorité pour les années à venir. « L'an dernier, c'est devenu une méga tendance », a indiqué Kurt-Ludwig Gutberlet, président du directoire de Bosch-Siemens, en présentant mercredi ses résultats annuels à Munich. En 2009, le groupe a tiré 15 % de ses ventes de ces réfrigérateurs à faible consommation électrique, lave-vaisselles économes en eau et autres appareils green. Ses ventes sur ce segment ont triplé en Europe. Ce qui aurait permis à BSH de mieux résister que d'autres à la crise : son chiffre d'affaires mondial n'a fléchi que de 4 %, à 8,4  milliards d'euros. À l'heure où l'Europe (70 % de ses ventes) se serre la ceinture, l'argument des économies sonnantes et trébuchantes qu'assurent ces produits Bosch ou Siemens porte.Hausse des dépenses en R&D Du coup, l'allemand enfonce le clou. En 2010, ces produits représenteront au moins 25 % des ventes mondiales de BSH et « d'ici trois à quatre ans, cette proportion pourrait monter à 50 % », a précisé Jean Dufour, membre du directoire. Pour y parvenir, le groupe ne peut compter que sur ses propres forces. Les aides gouvernementales à l'achat d'électroménager moins énergivore sont en train d'être abandonnées, compte tenu des déficits publics. Notamment en Allemagne, premier marché du groupe (21,9 % de ses ventes). BSH continue donc d'investir en recherche et développement (R&D) pour réduire ses coûts de fabrication et ses prix : en 2009, ces dépenses ont crû de 1,5 %, à 267 millions d'euros. Les 2.200 salariés des services de R&D plancheront notamment sur les économies d'eau. « Car, compte tenu des risques de pénurie mondiale, ce sera une thématique très forte dans les années à venir », estime Kurt-Ludwig Gutberlet. En 2010, le groupe devrait ainsi soutenir les ventes de ses lave-vaisselles Siemens 7 litres et Zéolith dont la consommation électrique est de 20 % inférieure à un modèle classe A. Enfin, BSH investit dans ses usines. À Lodz, en Pologne, il dédiera une ligne de production à son sèche-linge à pompe à chaleur. Un modèle promis à un grand succès que doit notamment soutenir Stefan Hoetzl, nouveau PDG de la filiale française depuis avril.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :