Le plan de Berlin déroute les marchés obligataires

Inattendue, la décision allemande d'interdire les ventes à découvert de dettes d'Etat en zone euro a laissé les observateurs perplexes, induisant des craintes qui ont perturbé l'émission allemande à 10 ans réalisée ce mercredi. « Le communiqué n'est pas très clair sur la notion de vente à découvert nue. S'il s'agit de ventes sans détention du titre ni emprunt de titres sur le marché du repo, cela ne devrait pas avoir beaucoup d'effet puisqu'il n'existe à ma connaissance que très peu de transactions de ce type. S'il s'agit de ventes avec emprunt de titres, cela peut potentiellement rendre beaucoup de stratégies plus difficiles à mettre en oeuvre. Cela dit, cette décision est surtout politique car elle ne s'applique pas aux teneurs de marché et n'a cours que sur les marchés organisés », explique Raoul Salomon, responsable marchés de taux chez Barclays. « Au-delà de l'imprécision des mesures, les marchés se sont surtout inquiétés de la manière unilatérale avec laquelle l'Allemagne a interdit les ventes à découvert », souligne de son côté René Defossez, stratège taux chez Natixis.Conséquence de la recherche de qualité, le taux allemand à 10 ans s'est rapproché de ses plus bas et les 4,5 milliards d'euros de Bunds placés à 2,75% ont attiré la plus faible demande depuis novembre 2009, obligeant la Bundesbank à acquérir 1,4 milliards d'euros de titres. « Malgré le stress des marchés, l'adjudication allemande a pâti du taux très bas auquel ont été placés les titres. Paradoxalement, les obligations périphériques (Grèce, Portugal, Irlande, Ndlr) se placent mieux que les titres allemands aujourd'hui », note René Defossez en référence au succès ce mardi des émissions irlandaises. Julien Beauvieux« les obligations des pays périphériques se placent mieux que les titres allemands. »

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.