La SEC propose un coupe-circuit sur les valeurs du S&P 500

Le rapport préliminaire des autorités fédérales sur le « mini-krach » du 6 mai dernier laisse Wall Street dans l'incertitude. Le document réalisé par la SEC, le gendarme des marchés boursiers, et la CFTC, celui des produits dérivés, n'a pas permis de déterminer pourquoi, voilà deux semaines, l'indice Dow Jones a plongé de 9 % en quelques minutes. La SEC et la CFTC écartent l'hypothèse d'un facteur unique et n'ont pas décelé pour l'heure d'acte de sabotage ou d'erreur humaine. Les régulateurs mettent en avant six pistes, dont une « inadéquation de liquidit頻 et le fait que les États-Unis comptent désormais une cinquantaine de plates-formes de négociation. À défaut de tirer des conclusions définitives, les deux régulateurs ont décidé de mettre en place un nouveau système de « coupe-circuit ». période d'essai« La cotation d'une action serait suspendue sur tous les marchés boursiers américains pendant une période de cinq minutes dans le cas où l'action subirait un changement de prix de 10 % lors des cinq minutes précédentes », a indiqué la SEC. Cette proposition va être soumise aux commentaires des opérateurs pendant dix jours. Si elle est validée, elle sera appliquée pour une période d'essai jusqu'au 10 décembre. Ce système « apporterait de l'uniformité dans les décisions des marchés de suspendre la cotation de certaines valeurs », s'est félicitée Mary Schapiro, la présidente de la SEC. Pendant cette période d'essai, seules les valeurs composant l'indice S&P 500 seront visées. Le gendarme encouragera les opérateurs boursiers et les plates-formes de transaction à améliorer leurs protocoles de communication et à vérifier si ce nouveau système de « coupe-circuit » pourra s'appliquer « au-delà du S&P 500 et aux fonds cotés sur indice (ETF) » aussi vite que possible.Les ETF ne participeront pas à ce programme pilote alors que le rapport de la SEC et de la CFTC a déterminé que 70 % des annulations de transactions ayant été réalisées pour cause de « chute excessive » le 6 mai dernier concernaient justement des fonds cotés sur indice. Selon l'agence Bloomberg, aux États-Unis où 1.003 ETF sont cotés, la valeur collective de ces fonds a bondi de 32 %, à 805 milliards de dollars entre la fin 2007 et mars 2010. Les autorités analysent aussi l'impact qu'a pu avoir l'emploi par la Bourse de New York (Nyse) d'un mécanisme de ralentissement de la chute du marché (« liquidity replenishment point ») qui a en fait poussé les opérateurs à réorienter leurs ordres vers des plates-formes électroniques.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.