Finalisation de l'accord sur le capital de La Poste

 |   |  338  mots
C'est enfin entériné. Après un an de tractations, La Poste bénéficiera d'une augmentation de capital de 2,7 milliards d'euros, comme l'a annoncé mardi l'État, après validation en milieu de semaine dernière par la commission de surveillance de la Caisse des Dépôts. Ils apporteront tous deux 2,7 milliards d'euros de capital, dont 1,5 émanant de la CDC. Sur la base d'une valorisation de La Poste de 3 milliards d'euros, l'établissement dirigé par Augustin de Romanet détiendra désormais 26,32 % du capital de La Poste. L'accord prévoit également la possibilité d'un complément de valorisation de l'entreprise, pouvant monter jusqu'à 5 milliards d'euros. Pour ne pas être diluée, la CDC devra alors verser un complément à l'État. Celui-ci pourrait atteindre 340 à 520 millions d'euros, selon que La Poste aura réalisé les objectifs de son plan stratégique Ambition 2015 ou qu'elle les aura dépassés.Mardi, Jean-Paul Bailly, PDG de La Poste, a accueilli son futur nouvel actionnaire en se félicitant d'un accord qui « va permettre à la Caisse des dépôts de rejoindre le capital de la Poste et de donner a cette dernière les moyens de se moderniser, de se développer, d'innover et de poursuivre ainsi la construction d'un grand groupe européen de services de proximité au service de tous ».Financer les investissementsL'apport de la Caisse, qui se manifestera au fil de l'eau en fonction des besoins du groupe, et au prorata des versements de l'État, lui conférera trois sièges au conseil d'administration, dont un devrait revenir à Augustin de Romanet, directeur général de l'établissement de la rue de Lille. Mardi, celui-ci s'est dit « fier de pouvoir contribuer au développement du groupe, en tant que partenaire privilégié ». Cette augmentation de capital devrait en effet permettre à La Poste, non seulement de réduire sa dette de 800 millions d'euros, mais surtout de financer 8,7 milliards d'euros d'investissement d'ici à 2015. L'accord sera présenté à la Commission européenne « dans les prochaines semaines ». G. L. S.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :