Un statut qui induit une simplification de structures

 |   |  189  mots
Mis en vigueur en octobre 2004, le statut de société européenne (SE) n'a pas déchaîné les passions auprès des entreprises de l'Union même si... Puma a annoncé lundi sa décision de troquer son statut de société allemande pour celui de SE afin de gagner en souplesse. D'autres groupes plus ou moins connus l'ont précédé comme Allianz, BASF, Porsche et MAN en Allemagne, Scor, Limagrain et Eurofins en France, Strabag en Autriche. Au total, plus de 500 entreprises ont franchi le pas. Outre une assemblée générale des actionnaires, les statuts prévoient soit un organe de direction et un organe de surveillance (système dualiste), soit un organe d'administration (système moniste). La SE offre trois avantages : une image transnationale et européenne, une simplification en cas de déménagement du siège social dans un autre pays de l'UE, de fusion transfrontalière ou de restructuration des entités. Ces groupes évitent alors d'avoir à se conformer à la législation nationale de chaque État membre où ils comptent une filiale, ce qui réduit leurs coûts administratifs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :