Allianz Global Investors lance une plate-forme paneuropéenne pour

 |   |  467  mots
Un « pacs » entre filiales d'un même groupe. Voilà comment pourrait se définir la nouvelle organisation d'Allianz Global Investors en Europe. En tout cas sur une partie de l'Europe, puisque les équipes de gestion de Paris et Milan sont désormais regroupées autour d'une plate-forme commune : Allianz GI Investment Europe. Et pour Michel Haski, membre du comité exécutif d'Allianz GI Europe et directeur général d'Allianz GI France, « le but est d'offrir à nos clients une proximité tout en leur proposant un choix global au niveau des produits. Nous nous situons donc entre les acteurs globaux et les boutiques locales ».Sans créer de nouvelle structure juridique, le groupe a décidé de mettre en commun les compétences de ses deux bureaux, avec des équipes basées localement mais partageant un mode d'organisation, des ressources et un processus d'investissement commun. Au final, le nouvel ensemble gérait à fin mars 108 milliards d'euros, avec un effectif global de 95 personnes sur les deux pays. « Cela nous permet d'avoir une taille critique en termes d'encours et d'équipe, afin de mieux répondre aux attentes des investisseurs institutionnels », souligne encore Michel Haski.Gagner en visibilitéAprès un audit approfondi des équipes de gestion, c'est donc le choix d'un croisement des expertises locales qui a été fait. Au final, les équipes parisiennes assurent la gestion des produits de taux, diversifiés et actions, sous la coupe de Franck Dixmier. De son côté, le bureau de Milan regroupe les expertises en matière de gestion quantitative et structurée, de multigestion et de gestion flexible, ainsi que les fonds dédiés et la gestion monétaire autour de Livio Raimondi.Dans un premier temps, l'objectif de cette nouvelle structure paneuropéenne est d'être référencée auprès d'un maximum de consultants pour gagner en visibilité auprès des investisseurs. Dans un second temps, la plate-forme se concentrera sur la collecte. Mais c'est surtout la mise en place de la directive Ucits 4 qui devrait permettre à cette nouvelle organisation de prendre tout son sens. En effet, la possibilité de distribuer des produits locaux dans toute l'Europe grâce au principe des fonds Master-Feeder (fonds maîtres-nourriciers) en facilitera la distribution en Europe. Et même si aucun objectif n'a été fixé en termes de collecte cette année, le chiffre de 2 milliards d'euros paraît raisonnable.Cette réorganisation est une première étape dans la paneuropéanisation des compétences d'Allianz GI, puisque d'autres sociétés de gestion du groupe devraient suivre cette voie. En effet, d'ici deux ans, l'objectif pour le groupe est de disposer de gérants dans les principaux pays européens autour d'un processus commun. Avec 10 milliards d'euros sous gestion, la Suisse pourrait être la prochaine étape. Marianne Lagrange

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :