Avec l'aide de ses alliés chinois, EDF lorgne sur les pays émergents

 |   |  552  mots
EDF est en discussion avec l'ensemble de ses partenaires chinois pour former des joint-ventures ou nouer des partenariats dans le but de répondre à des appels d'offres à l'étranger. L'électricien français a déjà été présélectionné pour le projet Safi au Maroc, avec le chinois Datang. Le projet couvre deux centrales thermiques de 330 mégawatts, dont la mise en service est prévue pour 2012. « Datang amène la proposition technique et la construction. Nous apportons notre expérience des opérations internationales et une certaine crédibilité compte tenu de nos projets antérieurs », explique le directeur Chine des opérations EDF, Jean-Yves Guignard. La réponse à l'appel d'offres se fera par la création d'une joint-venture avec Datang dont les participations restent encore à négocier. Pour l'instant, EDF y serait majoritaire. « Aujourd'hui les entreprises chinoises ne sont pas suffisamment connues ni expérimentées pour porter seules les risques de projets de ce type », continue-t-il. Mais surtout à qualité égale un tel projet permet à EDF de réduire les coûts de manière substantielle. A court et moyen terme, EDF espère ainsi développer un ensemble de coopérations semblables pour investir ou être présents sur les marchés émergents où la demande en énergie est forte : Afrique du Sud, Asie du Sud-Est ou Amérique latine.Son partenaire chinois dans le nucléaire, CGNPC, a déjà ouvertement indiqué sa volonté de répondre à des appels d'offres avec à la fois avec EDF et Areva. « Nous sommes en discussion avec eux sur plusieurs projets. Je pense que sur le court terme nous pourrons voir un schéma similaire à celui de Safi. » Il évoque notamment le Vietnam comme piste possible. CGNPC y a déjà signé une lettre d'intention avec Electricity of Vietnam pour développer leur programme nucléaire. Les collaborations pourraient se faire sur des plates-formes d'ingénierie pour supporter des projets communs hors Chine ou sur des plates-formes d'achat d'équipement.Jean-Yves Guignard indique aussi que l'entreprise a rapproché EDF pour des collaborations dans les énergies renouvelables même s'il n'y a pas de projets concrets pour le moment. Il a aussi évoqué la possibilité de coopérer avec d'autres acteurs chinois à l'étranger dont Guodian, son partenaire dans la province du Shangdong. En contrepartie d'un accès international jusqu'ici très limité pour ces partenaires, EDF espère développer son implantation en Chine : investissement, coopération technique, accès aux nouvelles technologies du secteur. « C'est non seulement le pays qui va fournir une grande partie des programmes nucléaires mondiaux, mais la Chine deviendra aussi un acteur majeur dans le thermique et les énergies renouvelables. EDF souhaite être présent sur l'ensemble des types de production », analyse Jean-Yves Guignard.appel d'offres communEDF, déjà impliqué dans trois projets de centrales thermiques en Chine, est actuellement en négociation avec Datang pour une participation dans la phase 3 de Sanmenxia dans le Henan. Le groupe est déjà présent dans la phase 2 à hauteur de 35 %. L'électricien espère aussi matérialiser une coopération avec Guodian pour un projet de deux fois 1.000 MW dans le Hubei. « Ce sont deux projets à technologie super critique, donc très intéressants pour nous », explique-t-il sans préciser l'investissement ni la participation d'EDF dans ces projets.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :