Madrid veut taxer les plus fortunés

 |  | 317 mots
Lecture 1 min.
A compter du 1er juin, les fonctionnaires espagnols recevront en moyenne 5 % de moins qu'auparavant chaque mois. C'est l'une des mesures phare du Gouvernement de José Luis Zapatero pour économiser 15 milliards d'euros en deux ans, de façon à retrouver un déficit de 6% fin 2011. Le Conseil des ministres devait l'adopter jeudi alors que des manifestations de fonctionnaires étaient organisées dans toute l'Espagne. Certains syndicats envisagent de déposer un recours contre la mesure. La baisse concernera de façon graduelle la partie fixe des salaires, en fonction de leur niveau. La part variable sera soumise à une réduction fixe. Pour montrer l'exemple, le salaire des membres du gouvernement baissera de 15%. Concrètement, celui de José Luis Zapatero passerait de près de 92.000 par an à 78.000 euros et celui des ministres, de 81.000 à 69.000 euros annuels. Reste posée la question de savoir si les entreprises publiques, dont le régime des employés est régi par des conventions collectives et non par l'Etat, baisseront elles aussi les salaires.gel des retraites en 2011Le nouveau plan de rigueur supprime par ailleurs 6 milliards d'euros d'investissements publics, dont la plus grande partie sera amputée du budget du ministère des Travaux Publics. Le Gouvernement prévoit aussi d'éliminer ledit chèque-bébé de 2.500 euros destiné à relancer la natalité et de geler le montant des retraites en 2011. Ces mesures de rigueur doivent amener le Gouvernement à revoir à la baisse ses prévisions de croissance pour 2011, qui étaient initialement de 1,8 %.Face à l'indignation des syndicats du fait de l'effort à réaliser par les classes moyennes, José Luis Rodríguez Zapatero a annoncé Mercredi que les hausses d'impôts envisagées n'affecteront pas les classes moyennes. Selon une information de la radio espagnole Cadena Ser, le gouvernement approuvera en effet dans les semaines à venir un nouvel impôt sur les fortunes de plus d'un million d'euros, inspiré de l'ISF français.Gaëlle Lucas, à Madrid

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :