Flash infos

 |   |  288  mots
Moins de deux semaines après l'annonce du départ de Stephen Green, président de HSBC, et de celui de John Varley, directeur général de Barclays, Lloyds Banking Group a à son tour annoncé que son directeur général, Éric Daniels, quitterait ses fonctions dans un an.Éric Daniels avait été critiqué par une partie des actionnaires après le rachat de HBOS il y a deux ans en pleine crise financière. L'opération avait accru l'exposition de Lloyds aux créances immobilières douteuses et la banque avait par la suite été contrainte d'accepter 17 milliards de livres (20,2 milliards d'euros) d'aides d'urgence de l'État, entré à son capital à hauteur de 41 %.Éric Daniels, Américain de naissance et âgé de 59 ans, a déclaré lundi que son départ n'était pas la conséquence de pressions exercées par des actionnaires et il a de nouveau défendu le rachat de HBOS. « Tendance favorable claire»« Nous démontrerons que cela a complètement repositionné la banque, a-t-il déclaré lors d'une téléconférence. Nous bénéficions d'une tendance favorable claire et je pense que les actionnaires et les contribuables seront très, très satisfaits de leur investissement dans Lloyds. »Le président du conseil d'administration, Win Bischoff, est chargé de la recherche de son successeur et il étudiera des candidatures aussi bien internes qu'externes, a-t-il précisé. Pour Mike Trippitt, analyste d'Oriel Securities, la directrice des activités de banque de détail de Lloyds, Helen Weir, est la seule candidate interne probable. « Lloyds pourrait rechercher des candidats dans les secteurs bancaires australien et canadien, qui se sont bien sortis de la crise », a-t-il ajouté dans une note. (Avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :