Explosion de la vidéo : les télécoms lorgnent le marché de la performance des contenus Web

Est-ce le nouvel eldorado des télécoms? Se plaignant de l'explosion du trafic Internet qu'ils peinent à monétiser correctement, les opérateurs sont nombreux à s'intéresser au marché du CDN, le «Content Delivery Network», qui consiste à optimiser l'acheminement des contenus du Web en répliquant ces derniers dans des serveurs informatiques au plus près de l'utilisateur, en évitant ainsi la congestion des réseaux. Le but étant que l'internaute puisse, par exemple, regarder une vidéo en streaming sans que l'image se fige ou acheter sur un site d'e-commerce pris d'assaut avant Noël sans échec de la transaction, mais aussi d'améliorer le référencement des sites. C'est un marché encore émergent et modeste, estimé à 2 milliards d'euros au niveau mondial par le cabinet Idate, mais qui devrait enregistrer une croissance exponentielle du fait de l'essor attendu de la vidéo en ligne (4,7 milliards d'euros en 2015). Le géant américain AT&T a lancé son offre CDN l’an dernier. Orange vient d'annoncer «une alliance stratégique» avec le leader du marché, l'américain Akamai, valorisé 6 milliards de dollars sur le Nasdaq pour 1,3 milliard de dollars de chiffre d'affaires annuel et une plateforme cloud de plus de 105.000 serveurs dans 78 pays.100 millisecondes perdues équivalent 1% des ventes d'Amazon Orange explique dans le communiqué conjoint qu'il va utiliser les technologies d'optimisation et d'accélération d'Akamai, «les plus performantes du secteur» selon l'opérateur français, afin de «répondre aux besoins de ses clients entreprises, en particulier sur les marchés des media et du commerce électronique.» Jeff Bezos, le patron d'Amazon, a coutume de dire que 100 millisecondes perdues dans le chargement d'une page lui coûtent 1% de chiffre d'affaires. Pour un site de vidéo comme Netflix, les coûts pour acheminer des programmes en streaming à ses clients deviennent exorbitants: le numéro un mondial de la vidéo à la demande par abonnement a du coup décidé de mettre en place son propre CDN Open Connect Network, pour réduire sa dépendance des Akamai et autres Limelight. Selon une enquête du cabinet Informa, la vidéo en ligne représentera 81% du chiffre d'affaires du marché global des CDN commerciaux en 2017, qui devrait atteindre à cet horizon 3,6 milliards d'euros. Orange Business Services, la division entreprises de l'opérateur, lancera dans un premier temps ses services CDN sur le marché français. Les détails de l'accord restent à finaliser.SFR et TDF développent le maillage régional SFR aussi veut sa part du gâteau. L'opérateur travaille depuis plusieurs mois à une offre CDN qu'il vient de lancer: sa branche entreprises, SFR Business Team va proposer une «solution d'accélération des contenus» s'appuyant sur 12 points de présence régionaux, des interconnexions avec des opérateurs étrangers. TDF s'est aussi positionné sur ce marché avec l'argument d'une meilleure capillarité sur le territoire que les grands acteurs mondiaux: sa filiale SmartJog a commencé il y a un an à mettre en place un réseau de CDN en régions (une vingtaine de points de présence dans les grandes villes, et dans six métropoles européennes), destiné à ses clients, chaînes de télévision et stations de radio; il a aussi racheté son concurrent Yacast Media en juin dernier. Quelques acteurs français spécialisés, comme l'hébergeur OVH ou Ipercast, sont également bien positionnés sur ce marché, Cedexis se présente lui comme un aiguilleur vers la plateforme la plus performante (hébergeur, CDN, cloud). Selon Vincent Bonneau, analyste à l'Idate, les CDN d'opérateurs télécoms vont devenir des concurrents sérieux des CDN globaux en particulier sur la vidéo, à partir de 2014-2015.  

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.