Réforme de La Poste  : dix questions sur un dossier sensible

 |   |  276  mots
C'est un dossier très sensible que le gouvernement s'apprête à défendre au Parlement dans les prochaines semaines : le changement de statut de La Poste, c'est-à-dire la transformation de cet établissement public en société anonyme. Protestant contre un projet de loi « qui ouvre la voie à une privatisation indirecte », les principaux syndicats et les partis de gauche, en tête desquels un facteur nommé Olivier Besancenot, appellent à des grèves et à des manifestations aujourd'hui. Avec, comme arguments chocs vis-à-vis du grand public, la menace de disparition d'un des derniers services publics dans des milliers de petites communes. Et la kyrielle des promesses non tenues sur France Télécome;lécom, Gaz de France ou EDF.Ces comparaisons, le gouvernement cherche à les éviter. D'autant que, avec la hausse des tarifs du gaz et de l'électricité, ou bien la vague de suicides chez France Télécome;lécom, la concurrence a perdu quelques défenseurs. Nicolas Sarkozy lui-même n'a-t-il pas semé le doute en déclarant, à propos de la quatrième licence mobile, que « le prix le plus bas n'est pas forcément le meilleur » ? Christian Estrosi, le ministre de l'Industrie, en charge de ce dossier plutôt explosif, a répété hier dans une interview au « Parisien » qu'« à aucun moment des capitaux venant de fonds privés ne rentreront au capital de La Poste, y compris via la Caisse des dépôts ».Reste que l'entreprise a vu son activité principale, le courrier, fléchir de plus de 6 % en volume depuis janvier. Et que l'arrivée de concurrents, à partir de 2011, n'arrangera rien. Le déminage s'avère donc complexe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :