L'Europe impose-t-elle un changement de statut  ?

 |   |  231  mots
Sous l'égide du commissaire européen chargé du marché et des services, Charly McCreevy l'Europe oblige à ouvrir à la concurrence mais n'impose ni le statut de société anonyme ni la privatisation. « Le but est de libéraliser le secteur pour que les consommateurs bénéficient de conditions de service moins chères, plus rapides et plus innovantes », explique Oliver Drewes, porte-parole de la Commission. « Mais, ajoute-t-il, la directive ne dit pas comment les pays doivent le faire. » C'est aux États membres qu'il revient de transposer la directive dans leur droit national.Après l'expédition de colis et le courrier express, Bruxelles a éliminé le dernier « domaine réserv頻 donnant aux opérateurs historiques le droit de maintenir un monopole sur la distribution des plis de moins de 50 g. Et le marché sera totalement ouvert au 1er janvier 2011 dans la majorité des pays européens, dont la France, et début 2013 pour les nouveaux États membres. Chaque année en Europe, les services postaux traitent 135 milliards d'envois pour un chiffre d'affaires de 90 milliards d'euros. L'Allemagne, le Royaume-Uni, la Suède et les Pays-Bas ont vivement soutenu la libéralisation postale pour que leurs opérateurs puissent accéder aux marchés de leurs voisins. De même, avec son passage en société anonyme, La Poste pourra acquérir des opérateurs dans d'autres pays. Yann-Antony Noghès, à Bruxelle

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :