Que va-t-il advenir de la Banque Postale  ?

 |  | 249 mots
Lecture 1 min.
La transformation de La Poste en société anonyme à capitaux publics et la transposition de la directive européenne sur l'ouverture totale à la concurrence du secteur postal en 2011 n'ont pas de conséquence juridique pour la Banque Postale. L'institution qui se targue, à la différence de ses rivales, d'avoir été épargnée par la crise, verrait même plutôt d'un bon ?il l'augmentation de capital du groupe. Au début du mois de septembre, Patrick Werner, le président du directoire de la Banque Postale, déclarait à « La Tribune » que l'ouverture du capital de La Poste ne pouvait être que positive pour l'institution financière. La Poste est en effet actionnaire à 100 % de la Banque Postale. Et cette dernière ne rêve que de continuer à développer ses activités de banque de détail. Elle ne cache pas non plus son intérêt pour la Banque Palatine, qui lui offrirait la possibilité d'accorder du crédit aux petites et moyennes entreprises (dont le chiffre d'affaires est compris entre 5 et 500 millions d'euros). 23 % du ca de la poste« Nos fonds propres s'élèvent actuellement à seulement 3,5 milliards d'euros. S'ils étaient renforcés, cela nous permettrait de mener à bien des projets de plus grande ampleur », expliquait ainsi Patrick Werner au début du mois de septembre. Quant à une éventuelle vente de la Banque Postale, elle est difficilement envisageable. En 2008, elle a contribué au chiffre d'affaires du groupe à hauteur de 23 % et de son résultat net à hauteur de 57 %. S. R.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :