Ce qu'ils proposent...

 |   |  501  mots
STRONG>Pour le gouvernement, mieux informer les FrançaisTout en se défendant de faire du patriotisme économique, Frédéric Lefebvre, le secrétaire d'État chargé des PME, souhaite mieux informer les consommateurs sur les avantages d'acheter français. « Il ne s'agit pas de dire qu'il faut absolument acheter français. Il faut bien évidemment laisser une liberté de choix aux consommateurs. En revanche, il est judicieux de leur donner des raisons d'acheter francais », explique le ministre qui s'inspire en partie des conclusions du rapport Jego sur le made in France (« La Tribune » du 6 mai). Parmi ces raisons, Frédéric Lefebvre avance la garantie que les entreprises tricolores respectent un certain nombre de normes en matière sociale, environnementale et de sécurité. « Il faut aussi combattre l'idée reçue selon laquelle les biens manufacturés fabriqués sur notre territoire sont systématiquement plus chers que ceux produits à l'étranger. ?Ce n'est pas vrai », poursuit-il. F. Pi. Un pôle public d'investissement industriel au PSLe Parti socialiste préconise, parmi 54 mesures, ?la création d'un Pôle public d'investissement ?industriel (2P2I), qui doit permettre à la puissance ?publique de participer à l'orientation stratégique de l'industrie. « Pour être efficace, il doit être financé massivement, mobilisable rapidement et décliné au niveau territorial sous forme de fonds régionaux », précise Guillaume Bachelay, secrétaire national du PS à l'Industrie. Il serait donc adossé à la Caisse des dépôts, à la Banque ?de France, à La Banque Postale et à Oséo.Par ailleurs, l'impôt sur les sociétés serait modulé en fonction des bénéfices réinvestis ou versés sous forme de dividendes. Le crédit d'impôt recherche serait davantage ciblé sur les PME et ses critères d'attribution seraient repensés. La gouvernance des pôles de compétitivité serait transformée pour donner « un vrai rôle d'orientation stratégique à l'État et aux régions ». ?Le PS veut aussi augmenter le coût des licenciements « boursiers ». Une « francisation » des entreprises menacées au FNLe Front national veut introduire le concept de « francisation » pour « protéger les champions industriels ». « Dans le cadre d'une économie par trop mondialisée, l'État doit pouvoir placer momentanément sous sa sauvegarde toute entreprise ?dont la disparition ou l'absorption présenterait un danger pour l'indépendance nationale. » Cette politique ?ne serait toutefois que « temporaire et ponctuelle » ?et ne saurait « déboucher sur la collectivisation ?de pans entiers de notre économie ».Le parti lepéniste préconise aussi la mise en place ?d'une nouvelle politique douanière pour soit rétablir des quotas d'importation dans les secteurs les plus sinistrés, soit instaurer un système de droits de douane remboursables. Les pays exportateurs qui devront acquitter ces droits pourront simultanément bénéficier, ?à due concurrence, de crédits utilisables pour leurs achats de produits fabriqués en Europe. Le parti d'extrême droite exige aussi le remboursement des aides publiques ?pour les entreprises qui délocalisent.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :