Démarrage en trombe de « Toy Story 3 »

Le succès remporté par le troisième épisode de « Toy Story » lors de son lancement le week-end dernier devrait rassurer les fans de Pixar une fois pour toutes. Son rachat par le géant Disney en 2006 n'a pas altéré la créativité du studio d'animation que critiques et grand public continuent à saluer. En trois jours, les recettes du film en 3D, qui sortira en France le 14 juillet, se sont élevées à 109 millions de dollars rien qu'aux Etats-Unis et à 49 millions de dollars à l'étranger, essentiellement en Amérique latine et en Chine. Or, « Toy Story 3 » n'est pour l'instant sorti que dans un quart des marchés internationaux auxquels il est destiné. Il s'agit du 11e film de Pixar à se hisser en tête du box-office américain et le lancement le plus réussi du studio devant « Les Indestructibles ». En 2004, la famille de super-héros avait récolté 70,5 millions de dollars lors de sa sortie. Les deux derniers épisodes des aventures de Shrek, créés par les studios Dreamworks Animation, propriété depuis 2005 de Paramount (groupe Viacom), gardent toutefois la palme des records de recettes pour dans la catégorie des films d'animation aux États-Unis. Lors de son annonce voilà quatre ans, le rachat de Pixar par Disney avait été fraîchement accueilli par les analystes financiers. La somme déboursée par l'acquéreur - 7,4 milliards de dollars payés intégralement en titres - était jugée élevée en dépit des succès remportés par Pixar (« Monstres et Cie », « Le Monde de Nemo »...) depuis son premier long métrage, « Toy Story », en 1995. De plus, compte tenu des relations tumultueuses qu'avaient entretenues les deux parties avant leur mariage, certains à Wall Street craignaient que la greffe ne prenne pas. Les termes de leur accord de distribution et de coproduction n'ont pu être renégociés qu'une fois que le PDG d'alors de Disney, Michael Eisner, a quitté ses fonctions. De même pour que les négociations en vue d'une acquisition avancent. La mésentente entre Eisner et Steve Jobs, qui après son provisoire départ d'Apple en 1986 avait repris Pixar auprès de George Lucas, était telle qu'en 2004, la coproduction de « Cars » était annoncée comme devant être leur dernière collaboration. Nouveau studio à VancouverUne fois le rachat bouclé, Steve Jobs a cessé d'être PDG de Pixar mais, fort de sa participation de 7 % obtenue dans Disney, a intégré le conseil d'administration du géant des médias. Le patron d'Apple a depuis conseillé Disney pour la rénovation en cours de son réseau de magasins. De son côté, Pixar, dont l'indépendance artistique a été préservée, et qui demeure en son fief récemment agrandi de Emeryville, près de San Francisco, vient d'ouvrir un nouveau studio à Vancouver au Canada. Le studio travaille actuellement sur la production de longs métrages totalement nouveaux (« Brave »), sans renoncer à sortir des suites, comme le deuxième épisode de « Monstres et Cie », attendu en 2012.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.