Ang Lee s'installe à l'Hôtel Woodstock

 |   |  166  mots
cinémaCannes, mai 2009. Entre « Un prophète » de Jacques Audiard et « le Ruban blanc » de Michael Haneke, ça ne rigole pas beaucoup. Jusqu'à ce qu'un vent d'humour juif new-yorkais se mette à souffler sur la Croisette. Woody Allen ? Non, le Taiwanais Ang Lee venu soumettre son « Hôtel Woodstock » aux festivaliers, transportés par la grâce de cette délirante comédie du côté de Woodstock en 1969. C'est là que les Tiber, des juifs ashkénaze, ont élu domicile. Leur occupation ? Tenir les rênes d'un motel insalubre et endetté. Pour leur venir en aide, leur fils décide de revenir à la maison. Et de louer leur modeste habitation aux organisateurs du festival de Woodstock. Choc des cultures garanti. Sous couvert de parler de la célèbre manifestation, Ang Lee s'attache surtout à raconter l'Amérique de ces années-là, en plein changement. Répliques hilarantes, comique de situation? le réalisateur s'essaye à un nouveau registre. Et il y excelle une fois encore. Y. Y.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :