Carlyle prêt à racheter la caisse

 |   |  441  mots
La rumeur circulait depuis le début de l'automne: l'un des plus grands fonds d'investissement de la planète, Carlyle, s'apprête à mettre la main sur AlpInvest, d'après l'agence Reuters. AlpInvest n'est autre que la société chargée d'investir sur le marché du private equity pour le compte des principaux fonds de pension néerlandais. Elle gère plus de 44 milliards d'euros d'actifs, futures pensions des retraités de la fonction publique du pays. Aux Pays-Bas, AlpInvest a défrayé la chronique cette année en raison des niveaux de rémunérations élevés pratiqués dans la société. En 2009, ses 118 salariés s'étaient en effet partagés près de 33 millions d'euros, soit plus de la moitié de son chiffre d'affaires annuel. À la suite de cette polémique, ses deux actionnaires, APG et PGGM, avaient décidé de céder AlpInvest, dont la valorisation reste inconnue. Reste une question: la société conservera-t-elle, après la cession, les mandats confiés par les fonds de pension? Les contours de l'opération, qui restent à définir, apporteront des réponses. Gestion de « fonds de fonds » APG et PGGM sont deux sociétés mandatées par les fonds de pensions néerlandais pour placer l'argent des fonctionnaires du pays. La première gère les cotisations de près de 4 millions de Néerlandais, soit 266 milliards d'euros d'actifs (fin septembre). Elle travaille pour le compte de plusieurs fonds, dont ABP, la troisième caisse de retraites de fonctionnaires au monde après celles du Japon et de la Norvège. PGGM, pour sa part, est le gestionnaire de PFZW, le fonds de pension des personnels du secteur médical aux Pays-Bas.Cette opération est une nouvelle illustration de la stratégie de diversification menée par les grands fonds de LBO mondiaux. En rachetant AlpInvest, Carlyle (97,7 milliards de dollars d'actifs) ajoute en effet la gestion de « fonds de fonds » à son éventail d'activités. « Je pense que de plus en plus de grands fonds deviendront des gestionnaires d'actifs alternatifs au sens large », déclarait en octobre David Rubenstein, le co-fondateur de Carlyle, dont près de 30 % des actifs sont placés sur les marchés de l'immobilier et de la dette, le LBO représentant encore plus de deux tiers de son portefeuille. Plus tôt dans le mois, le fonds américain avait pris une participation majoritaire dans le hedge fund Claren Road Asset Management. Plusieurs banquiers de talent ont par ailleurs été débauchés ces derniers mois chez Morgan Stanley et Credit Suisse pour développer l'activité de gestion de dette de Carlyle.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :