La Caisse d'Épargne arrête le foot et le vélo

 |   |  379  mots
Le sport, oui. Mais plus à n'importe quel prix. La Caisse d'Épargne a changé son fusil d'épaule dans le marketing sportif. Terminés les disciplines onéreuses et clinquantes, comme le football et le cyclisme. Place aux activités plus accessibles, comme le ski et la course à pied. « Avant, nous avions surtout besoin de notoriété. Il nous fallait de grandes équipes nationales pour porter notre logo. Cet objectif a été atteint. Désormais, nous avons besoin de proximité et de relation avec le public », indique le directeur de la communication du groupe Cédric Mignon. Candidature d'Annecy au JO de 2018Premier effet de cette nouvelle politique : les économies. En 2007, avant la crise, la Caisse d'Épargne disait dépenser 25 millions d'euros par an dans le sport. En 2008, son accord avec la fédération d'athlétisme a pris fin. Depuis, elle a continué de serrer les boulons. Le budget 2010 ne supporte déjà plus le coût de la Coupe de France de football. Même si elle a regardé le dossier de près, la banque a décidé il y a un an de ne pas participer à l'appel d'offres de la fédération française de football pour les saisons 2010-2014, laissant le Crédit Agricolegricole devenir la banque du football français. Son équipe cycliste, qui lui coûtait environ 7 millions d'euros par an, prend les couleurs de Telefónica à partir du 1er janvier. Et le budget 2011, malgré des efforts renforcés dans les sports olympiques, est « légèrement inférieur » à 2010. « Je ne sais pas ce qu'il en sera en 2012, année olympique », modère Cédric Mignon. La Caisse pourrait être amenée à investir à nouveau si Annecy, dont elle soutient la candidature, était sélectionnée par le Comité olympique pour organiser les jeux Olympiques d'hiver 2018. En attendant, présente sur une centaine de courses à pied en France, dont le Marathon de Paris, la Caisse d'Épargne a désormais pour ambition d'être sur toutes les lignes de départs. Même objectif dans le ski « sous toutes ses formes », où la Caisse veut se développer au niveau local. 17 Caisse d'Épargne en France deviennent par exemple partenaire de la Fédération française de ski. S. C.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :