en france les purées de fruits peinent à s'imposer

 |   |  220  mots
Il y a deux ans encore, tout le monde y croyait. Les smoothies devaient conquérir le coeur des Français en répondant au nouveau mantra gouvernemental des cinq fruits et légumes quotidiens. Las. Ce marché pourrait rester une niche dans l'Hexagone, avec ses 25 millions d'euros de ventes en grandes surfaces, en baisse de 20 % depuis le début de l'année. Contrairement aux Anglais qui le consomment entre les repas, les Français ne sont pas adeptes du « snacking ». Il sont aujourd'hui seulement 9 % de foyers à y succomber mais ceux-ci n'achètent en moyenne que 2,5 litres par an, contre 10 litres pour les amateurs de jus d'orange. « Nous n'avons pas assez fait notre boulot d'explication des bienfaits d'une consommation régulière », regrette le directeur général d'Innocent France, Philippe Cantet. Surtout, l'arrivée de Tropicana en avril 2008, n'a pas eu l'effet escompté sur le développement du marché. Grâce à un matraquage publicitaire lors de son lancement, la marque de Pepsi avait raflé 50 % des ventes totales en quelques mois, reléguant les deux premiers acteurs, Innocent et Immédia respectivement à 26 % et 16 % fin 2008. Sur le mois de juin 2010, sa part se limite désormais à 36 %, contre 33 % pour Innocent (soutenu désormais pas Coca-Cola) et 4 % pour Immédia, sacrifié au profit des marques de distributeur, qui s'arrogent 20 % du total. S. L.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :