Le crédit conso n'a plus la cote

 |   |  331  mots
Alors qu\'ils représentaient plus de 58% de la dette des ménages surendettés au deuxième trimestre de l\'année dernière,  les crédits à la consommation ont baissé de  plus de 4 points à 54,2% pour la même période de 2012, selon le baromètre de la Banque de France. Ces chiffres concernent les ménages ayant déposé un dossier pour obtenir une restructuration de leur dette car ils sont surendettés. L\'endettement moyen dans le cadre de ces dossiers s\'élève à 37 500 euros.Le prêt personnel baisse mais le crédit immoblier augmenteAu sein du crédit à la consommation, ce n\'est pas le crédit renouvelable qui affiche le repli le plus marqué mais le prêt personnel (prêt affecté assorti d\'une échéance), dont la part est passée de 23,2% à 20,9%. On peut sans doute voir dans cette baisse un effet de la loi Lagarde de réforme du crédit à la consommation qui se sont appliqués à partir du deuxième trimestre 2011.Parallèlement, l\'importance du crédit immobilier est en hausse, passant de 22,0% à 26,0% du total dû par les ménages surendettés. Pour autant, si la proportion des dossiers de surendettement contenant une dette immobilière est en progression, elle ne représente que 9,6% de l\'ensemble.Les dettes de charges courantes représentent près de 10%Autre poste en hausse, les dettes de charges courantes, qui recouvrent l\'ensemble des charges inhérente au logement (loyer et charges locatives mais aussi électricité, gaz, chauffage, eau), les dépenses de communication (téléphonie et internet) et de transport. Ces charges courantes comprennent également l\'assurance, les frais de santé et d\'éducation, les dettes alimentaires et les dettes fiscales. L\'ensemble pèse désormais 9,5% de la dette totale des ménages qui ont déposé un dossier au deuxième trimestre contre 9,2% pour ceux qui ont déposé durant la même période de 2011.  

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :