Le Trésor devra encore sortir le chéquier pour Freddie Mac et Fannie Mae

 |   |  431  mots
Les contribuables américains n'ont pas encore fini de mettre la main à la poche pour secourir les deux agences de refinancement hypothécaire Freddie Mac et Fannie Mae. Selon des projections de l'Agence fédérale du financement du logement (FHFA), la facture devrait en effet encore s'alourdir d'ici à 2013. De 6 milliards de dollars pour le scénario le plus optimiste, à 124 milliards selon les hypothèses les plus pessimistes, c'est-à-dire si le marché de l'immobilier venait à rechuter fortement. Cela porterait alors le coût total du sauvetage des deux principaux organismes américains de refinancement hypothécaire à 259 milliards de dollars. À titre de comparaison, l'addition du plan d'aide aux banques, si décrié et impopulaire au sein de l'opinion publique américaine, devrait s'élever « seulement » à 50 milliards de dollars.« Dans le scénario le plus probable, près de 90 % des pertes de Fannie Mae et de Freddie Mac sont déjà derrière nous », rassure Jeffrey Goldstein, sous-secrétaire aux dépenses domestiques au sein du département du Trésor. Cette hypothèse médiane, pour laquelle a été attribuée une probabilité de 80 %, entraînerait un surcoût supplémentaire de 19 milliards de dollars pour le contribuable (voir tableau ci-contre). Elle se base sur une baisse inférieure à 10% des prix de l'immobilier jusqu'à la fin 2011, avant un rebond qui les ramèneraient fin 2013 à leurs niveaux actuels.Le scénario catastrophe n'a pour sa part qu'une chance sur dix de se réaliser. Dans ce cas de figure, le taux de chômage élevé et le difficile accès au crédit entraineraient un repli de 25 % des prix de l'immobilier d'ici à la fin de l'année prochaine. Freddie Mac et Fannie Mae auraient alors besoin de 215 milliards de dollars. Après le versement de 91 milliards de dividendes à l'Etat, le coût supplémentaire se chiffrerait donc à 124 milliards. Mais certains analystes n'hésitent pas à avancer la somme de 1.000 milliards de dollars pour assainir définitivement les deux organismes.flouésLe Trésor a déjà injecté 148 milliards de dollars sous forme d'actions préférentielles dans les deux établissements parapublics, dont le rôle est de faciliter le financement du marché immobilier américain. Pour y parvenir, ils détiennent ou garantissent environ la moitié des prêts au logement aux États-Unis. La crise des subprimes a donc été particulièrement dévastatrice. Depuis 2008, Freddie Mac et Fannie Mae ont ainsi perdu près de 230 milliards de dollars. S'estimant floués, ils demandent désormais aux banques de racheter pour des milliards de dollars d'obligations adossées à des crédits hypothécaires.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :