Flash infos

 |   |  287  mots
François Hollande accuse Nicolas Sarkozy de chercher à « faire un conflit » avec le dossier des retraites, mais appelle le chef de l'Etat à ouvrir sans attendre des discussions avec les organisations syndicales. Cette réforme « ne sera pas mise à son crédit au nom du courage mais à son débit au nom de la maladresse et d'une certaine incompétence » a affirmé le député socialiste de Corrèze, invité dimanche de « La Tribune »-BFM. « Nicolas Sarkozy n'est pas impopulaire parce qu'il est courageux mais parce qu'il est maladroit », a insisté François Hollande pour qui « se sont agrégés » autour du conflit social actuel « des colères, des ressentiments, des rancunes qui vont au-delà des retraites ». « Les retraites sont le vecteur de la mobilisation et c'est là-dessus que la réponse doit être donnée », a indiqué le responsable socialiste, pour qui « le but n'est pas l'impopularité de Nicolas Sarkozy, mais la correction des défauts et des vices de cette réforme ». Pour François Hollande, « nous sommes dans une épreuve de force » et « le rôle du gouvernement est de trouver une issue ». « Avant de promulguer la loi, Nicolas Sarkozy doit faire en sorte qu'il y ait un dialogue (...) Il y a à tout moment possibilité de discussion », a-t-il dit en apportant son soutien à Bernard Thibault, le patron de la CGT, qui a demandé au chef de l'État de ne pas promulguer sa loi dans l'immédiat.François Hollande, présidentiable déclaré au PS, a estimé que le vrai rendez-vous politique aurait lieu lors de l'élection de 2012. Si la gauche arrive au pouvoir, elle héritera de « la pire » des situations, notamment en matière économique, a-t-il souligné. H. F.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :