Nouvelle crainte sur la BBC

 |   |  325  mots
L'ambiance est lourde ces jours-ci à Bush House, le bâtiment au centre de Londres qui abrite le BBC World Service. Quelques jours après l'annonce d'une réduction de 16 % en valeur réelle d'ici à 2015 du budget de la BBC, les employés de l'auguste maison attendent de savoir quelles coupes vont être exercées.Le gouvernement a imposé deux mesures radicales la semaine dernière, dans le cadre du plan d'austérité. La première, relativement attendue, est le gel de la redevance jusqu'en 2017. La seconde, et c'est une surprise, est le transfert de la BBC World Service sous le budget de la BBC à partir de 2015.Spécificité mise en périlJusqu'à présent, ce service qui diffuse à travers le monde en anglais, mais aussi dans une trentaine d'autres langues, était financé directement par le ministère des Affaires étrangères, le Foreign Office. Son budget de 300 millions d'euros va désormais devoir être payé avec l'argent de la redevance, qui s'élève actuellement à 4 milliards d'euros.Le World Service, qui se préparait déjà à des coupes importantes, craint d'y perdre sa spécificité. « Le problème est qu'il va désormais falloir expliquer aux Britanniques que leur redevance est bien dépensée en payant pour un service en langue birmane, estime un journaliste du World Service. Ce service birman est essentiel pour la lutte contre la dictature, mais est-ce que cela convaincra ? »Parmi les services sévèrement menacés se trouvent ceux en vietnamien, en ukrainien, en portugais... Le sort du service français, consacré à l'Afrique francophone, est aussi en suspens : il a déjà été fortement réduit ces dernières années, mais sa survie est désormais incertaine.Cette baisse drastique du budget de la BBC intervient alors que la société a déjà lancé deux plans d'économies ces dernières années. Mais ceux-ci n'ont visiblement pas suffi à convaincre le gouvernement britannique.Éric Albert, à Londre

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :