Les banques de Wall Street disent merci à AIG

C'est ce que l'on appelle un mal pour un bien. Le sauvetage de la quasi-faillite de l'assureur américain AIG l'a obligé à céder beaucoup de gros actifs, ce qui a dopé les commissions des banques d'affaires, chargées de conseiller l'assureur. Selon les estimations du cabinet Freeman Consulting, le montant total qui a été versé aux banques d'affaires totaliserait près de 570 millions de dollars.BouleversementSi les intermédiaires financiers ont gagné aux malheurs d'AIG, ce ne sont pas forcément les acteurs historiques qui en ont le plus profité. En effet, des groupes comme Blackstone, à l'origine spécialisé dans l'investissement en capital investissement, dans un marché morose en ce domaine, a considérablement développé son activité de banque conseil. Alors que certaines banques ont été contraintes de réduire les équipes de fusions-acquisitions, Blackstone a continué à recruter, passant de 95 banquiers d'affaires fin 2008, à 120 aujourd'hui et John Studzinski, le dirigeant de cette équipe, prévoit de poursuivre cette politique. Les résultats sont là : selon le classement des banques conseil, réalisé par Thomson Reuters sur le premier trimestre, Blaskstone est passé de la 78ème à la 9eme place au niveau mondial. Grâce notamment à des mandats confiés par AIG. 67 milliards de cessions en trois moisAIG, qui doit vendre des actifs pour rembourser le gouvernement américain, a engagé 90 transactions dont une partie importante a été conclue au premier trimeste, pour un montant total de 67,7 milliards de dollars (50,6 milliards d'euros). De son côté, Credit Suisse est passé à la deuxième place du classement (derrière Goldman Sachs), également grâce à son intervention dans le dossier AIG.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.