Le DAX retrouve son niveau d'avant-crise

 |   |  405  mots
Le rebond de la Bourse de Francfort, soutenu par son important contingent de valeurs industrielles, a permis lundi à l'indice Dax de retrouver son niveau précédant la chute de la maison Lehman. L'indice phare des valeurs allemandes a terminé lundi pour la première fois au-dessus des 6234,89 points affichés le 12 septembre 2008. Au plus fort de la crise, le DAX avait cédé, le 9 mars 2009, 41,2 % sur son niveau pré-Lehman. Il a donc regagné depuis lors 72,5 %. Et c'est bien l'ampleur exceptionnelle de ce rebond qui a fait la différence avec le CAC 40 qui conserve un retard de près de 8 % par rapport au 12 septembre 2008. Uni dans la chute avec son homologue allemand, le CAC 40 perdant lui aussi 41,85 % au plus bas le 9 mars 2009, la Bourse de Paris n'a connu depuis qu'un rebond de 58,6 %. Elle reste handicapée par le poids de son secteur financier - 19,2 % de la pondération totale du CAC 40 -tandis que les valeurs financières ne pèsent que 13,2 % au sein du DAX en se concentrant sur deux groupe : Deutsche Bank et l'assureur Allianz qui ont plutôt mieux traversé la crise que leurs concurrents respectifs. L'indice allemand bénéficie par ailleurs des grandes valeurs exportatrices qui le composent, à l'image de Siemens qui s'est distinguée lors de la première séance de la semaine avec un gain de 2,62 %, à 74,74 euros. Le titre profitait d'informations de presse selon lesquelles il pourrait relever ses objectifs annuels jeudi lors de la présentation de ses résultats pour le deuxième trimestre de son exercice décalé 2009-2010. Le conglomérat diversifé pourrait viser un bénéfice opérationnel de 7,5 milliards d'euros, contre une fourchette de 6 à 6,5 milliards prévue jusqu'ici. boom des émergentsSi l'économie allemande a pâti au plus fort de la crise de son ouverture sur le monde, cette faiblesse redevient une force dès lors que la crise s'estompe. Les grands groupes de mécanique et les laboratoires pharmaceutiques d'outre-Rhin apparaissent particulièrement bien placés pour tirer parti du boom des économies émergentes tandis que l'Europe reste engluée dans une reprise molle. Pour autant l'espoir de voir le rebond se poursuivre pour les grandes valeurs allemandes semblent céder le pas à des prises de bénéfices, comme le relevait en ce début de semaine les analystes techniques d'Aurel, qui ne voient pas de réel support avant 6.040 points pour le DAX. C. T.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :