L'OCDE revoit en hausse la croissance française

 |   |  445  mots
L'optimisme règne rue André Pascal où siège l'OCDE. Alors que l'institution internationale tablait en novembre sur une augmentation de 1,4 % du PIB cette année, conforme à celle émise par le gouvernement, elle parie désormais sur une hausse de 1,7 %. Cet optimisme est également de mise pour 2011. Les économistes de l'OCDE visent une croissance de 2,1 %, 0,4 point au-dessus de leur précédente estimation. Certes, celle-ci est assez éloignée de la prévision du gouvernement (+ 2,5 %). Elle est néanmoins supérieure de 0,4 point à la croissance potentielle de la France, fortement endommagée par la récession. Elle indique surtout que le véritable redémarrage de l'économie tricolore est en bonne voie, malgré la fin progressive des mesures de soutien à l'économie de l'Etat.OptimismeLe scénario de l'OCDE est bien plus enthousiaste que celui imaginé par la Commission européenne, qui espère une croissance de 1,3 % en 2010 et de 1,5 % en 2011. Il contraste aussi avec celui imaginé par le Fonds monétaire international (FMI), qui ne table que sur une hausse de 1,5 % du PIB cette année et de 1,8 % en 2011. Le risque d'une croissance en W, qui verrait alterner croissance molle et récession, est donc écarté par l'organisation.La plupart des composantes de la croissance seraient dans le vert selon l'OCDE, en particulier l'investissement des entreprises et le commerce extérieur. Soutenues par le repli de l'euro face au dollar, les exportations bondiraient de 7,8 % et de 7,2 % en 2010 et 2011. La multiplication des plans de rigueur dans la zone euro qui concentre près des deux tiers des exportations tricolores ne serait donc pas trop préjudiciable. L'organisation ne s'est pas contentée de présenter ses prévisions pour stimuler l'activité et rééquilibrer les finances publiques. Elle a également fait des recommandations, recommandations déjà suggérées vendredi par Angel Gurria, le secrétaire général de l'OCDE, aux membres de la Commission Attali pour la libéralisation de la croissance, lors d'une audition. Sans véritablement de surprise, elles recommandent au gouvernement de « définir et rendre public un plan transparent, crédible à moyen terme, visant à assainir notablement les finances publiques. Les réformes des retraites publiques, de la santé et de l'administration marqueraient la volonté des autorités de réduire durablement les dépenses, tout en accroissant la production potentielle à long terme ». Les chantiers fiscaux ne sont pas oubliés par l'OCDE, qui propose ainsi d'élargir l'assiette d'imposition, d'augmenter les prélèvements qui créent le moins de distorsions, ceux qui corrigent les externalités comme les écotaxes et ceux portant sur les biens et services qui bénéficient de taux réduits de TVA.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :