La réforme de la fiscalité diminuera de 20 % les souscriptions

 |   |  234  mots
La dispense d'impôt sur la fortune accordée pour 2011 aux contribuables assujettis à la première tranche de cet impôt (entre 800.000 et 1,31 million d'euros de patrimoine) amputera nettement les levées de fonds menées cette année par les gestionnaires de fonds FIP et FCPI. En 2010, les souscripteurs provenant de la première tranche ont représenté 20 % de la collecte de capitaux totale, selon l'Association française des investisseurs en capital (Afic). Du côté de Crédit Agricolegricole Private Equity, l'un des leaders du marché, ce chiffre s'élève à 25 %. La réforme de la fiscalité ne sera donc pas sans conséquence. Toutefois, comme le note Florence Moulin, avocat, associée de Droit & Finance, « la marge de progression pour les fonds FIP et FCPI-ISF est encore considérable, puisque moins de 20 % des redevables de l'ISF ont recours à ces véhicules de défiscalisation ».Les gestionnaires de fonds FIP et FCPI ont d'autant plus de parts de marché à gagner que leurs concurrents d'hier, les holdings ISF, qui permettent un investissement direct, ont fait place nette après que leur avantage fiscal a été raboté de 75 % à 50 % dans le cadre du budget 2011. « Les holdings ISF en cours de levée se comptent aujourd'hui sur les doigts d'une seule main », souffle un professionnel. En 2010, selon l'Afic, les holdings financiers ont levé 282 millions d'euros et investi 262 millions dans des PME en France.A. M.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :