Google veut convertir les petites entreprises françaises à l'Internet

 |   |  401  mots
cite>Google poursuit son offensive de charme en France. Mercredi, le géant américain des moteurs de recherche sur Internet a présenté le projet « Mon entreprise en ligne », destiné à faciliter l'utilisation du Web pour les PME et les TPE françaises. Lancée en partenariat avec l'opérateur de télécommunications SFR et la société française Oxatis, spécialisée dans le commerce électronique, la plate-forme « Mon entreprise en ligne » (www.meel.fr) aidera les petites sociétés à se construire un site Internet. Gratuits la première année, le nom de domaine, l'hébergement sur la plate-forme « Mon entreprise en ligne » et l'outil de création de sites coûteront ensuite au total 5 euros par mois. Google et ses partenaires tablent sur 50.000 créations de sites en 2011. Un objectif salué par Frédéric Lefebvre, secrétaire d'État chargé des PME, et qui s'inscrit dans le plan d'actions pour l'accélération de la diffusion des technologies de l'information dans les entreprises, présenté mardi par Éric Besson, ministre chargé de l'économie numérique.Crucial dans les affaires« Cela fait plus d'un an que nous travaillons sur ce projet, né du constat que les PME sont sous-utilisatrices d'Internet », précise Jean-Marc Tassetto, directeur général de Google France. Près des deux tiers des TPE françaises ne disposent pas d'un site Internet, selon une étude de la Fédération des centres de gestion agréés et du Groupe Banque Populaire (« La Tribune » du 22 février). Et ce, alors que l'utilisation du Web devient cruciale dans le monde des affaires : la filière Internet a généré en France un chiffre d'affaires de 78 milliards d'euros en 2010, soit près de 4 % du PIB, selon un rapport du cabinet McKinsey, rapport en partie financé par... Google. Ce n'est évidemment pas par pure philanthropie que ce dernier aide les TPE à se mettre à l'heure d'Internet. Si le groupe offre aux futurs membres de « Mon entreprise en ligne » une première campagne de publicité d'une valeur de 100 euros, les suivantes seront en revanche payantes. Google, qui a été accusé d'abuser de sa position dominante dans la publicité et d'échapper aux taxes en France, a entrepris de se montrer sous un autre visage. En septembre, il avait présenté à Nicolas Sarkozy un plan d'investissement qui comprenait notamment un programme d'aide aux PME. Christine Lejoux

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :