PDG Plastiques mise sur l'innovation pour affronter les géants du secteur

Les emballages plastiques conquièrent chaque jour de nouvelles places fortes dans les liquides agroalimentaires : l'eau, le lait, les jus de fruits se sont laissé séduire par ces bouteilles qui offrent facilité d'usage et sécurité. C'est sur ce marché qu'évolue PDG Plastiques à Malesherbes (Loiret).Créée en 1948 à Paris, la PME (18,7 millions d'activité, 49 salariés) s'est délocalisée à Malesherbes en 1962 et est désormais dirigée par un jeune patron de 37 ans, François Desfretier. L'entreprise produit d'abord des préformes PET que ses clients (Nestlé, LSDH, Intermarché, etc.) transforment ensuite en bouteilles pour des liquides ou produits d'entretien. La PME assure aussi en partie le soufflage de ses préformes notamment pour l'eau minérale. « C'est un marché en fort développement, explique François Desfretier, mais qui reste très concurrentiel, c'est pourquoi il faut investir en permanence. »Bouteille de lait économeUn double investissement vient ainsi d'être réalisé, l'un pour étendre les locaux de 2.500 m2, l'autre de 1,3 million supporté en partie par Oséo Innovation et le conseil général du Loiret pour lancer un nouvel emballage. L'entreprise est d'ailleurs réputée pour ses innovations et a déjà reçu deux oscars de l'emballage pour un microemballage de 2,4 grammes et surtout pour une bouteille de lait « révolutionnaire ». Pour cette bouteille Prélactia développée, deux ans de travail ont été nécessaires. « Nous avons mis au point une innovation mondiale, se réjouit François Desfretier, avec une bouteille composée d'une double couche de PET. » Cette technique assure une sécurité optimale avec une barrière totale à la lumière ennemie du lait tandis que le soufflage permet d'alléger la bouteille (24 g au lieu de 30 g par extrusion), de sécuriser la fermeture et de supprimer l'opercule aluminium qui assure traditionnellement l'étanchéité. Et quand on sait qu'il se vend 1,4 milliard en France de bouteilles de lait par an, l'économie en aluminium et en plastique est considérable. Ces préformes sont commercialisées depuis 2008, uniquement avec la Laiterie de Saint-Denis-de-l'Hôtel qui livre Système U et Carrefour. Mais François Desfretier est confiant : « C'est un système révolutionnaire qui va s'imposer avec le temps. Car avec le soufflage, les géants de l'agroalimentaire doivent d'abord modifier leurs lignes de production. »François Desfretier veut poursuivre sur cette voie de l'innovation?: « Il faut être pro-actif, insiste-t-il, s'engager dans l'écoconception, alléger nos emballages, favoriser le recyclage de nos produits et intégrer du PET recyclé dans nos bouteilles. » PDG veut aussi explorer la piste des biomatériaux à base de pomme de terre ou de blé qui pourraient révolutionner les emballages. » Confronté à de grands groupes (avec lesquels il travaille parfois dans un « partenariat intelligent »), François Desfretier ne voit d'issue que dans l'innovation : « Nous n'avons ni la taille, ni les capitaux, alors rivalisons par notre inventivité pour assurer notre indépendance?! »

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.