Le RSA étendu aux jeunes ? sous conditions

 |   |  474  mots
SocialC'est en Avignon que Martin Hirsch pourra savourer, aujourd'hui, une nouvelle victoire. Nicolas Sarkozy se rend, en effet, dans la cité des Papes pour présenter son plan « Agir pour la jeunesse », une série de mesures destinées aux 16-25 ans. Et si Laurent Wauquiez, secrétaire d'État à l'Emploi, et Valérie Pécresse, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, sont aussi du voyage présidentiel, nul ne s'y trompe. L'essentiel du plan est inspiré des idées du haut-commissaire à la Jeunesse et des 57 propositions du livre vert né de la commission de concertation qu'il a animée au printemps dernier. S'il a un temps, au début de l'été, pu agacer l'exécutif en redoutant publiquement l'enterrement de ses propositions, Martin Hirsch a, depuis, su convaincre le chef de l'État de la nécessité de faire un geste à destination des 16-25 ans. Politiquement, Nicolas Sarkozy y a d'ailleurs intérêt. Car même s'il a conscience que cette tranche d'âge ne vote que très peu pour l'UMP, il sait à quel point un conflit avec les jeunes peut être dévastateur pour un dirigeant, comme l'a expérimenté Dominique de Villepin avec le contrat première embauche.InsertionDans le discours qu'il prononcera en milieu de journée, le chef de l'État devrait notamment annoncer des mesures facilitant l'insertion professionnelle des jeunes, dont le taux de chômage s'établissait à 23,9 % à la fin du deuxième trimestre, en hausse de 5 points sur un an. Mais contrairement aux dispositifs prévus dans le plan d'urgence en faveur de l'emploi des jeunes du mois d'avril, ciblés sur les incitations à destination des entreprises, le plan annoncé aujourd'hui devrait privilégier les aides versées aux jeunes. Nicolas Sarkozy devrait notamment confirmer l'extension du RSA aux jeunes générations. Cependant, à l'inverse des plus de 25 ans, pour en bénéficier, les jeunes devront justifier d'un minimum de vingt-quatre mois d'activité sur les trois dernières années. Le chef de l'État devrait aussi annoncer une expérimentation sur la dotation d'autonomie.Reste que, en suivant Martin Hirsch sur ce terrain, le chef de l'État prend le risque de froisser une nouvelle fois sa majorité parlementaire, majoritairement hostile à ce qu'elle considère comme des mesures d'assistanat à l'égard des jeunes. Hier, Xavier Bertrand, le secrétaire général de l'UMP, a ainsi indiqué que « le RSA jeunes, [il n'y était] pas favorable ». Le débat s'annonce donc vif. D'autant que le gouvernement veut aller vite. Certaines mesures ? sur l'orientation et l'interdiction des stages hors cursus ? ont déjà été glissées dans le texte sur la formation professionnelle, adopté au Sénat le 23 septembre. D'autres le seront dans le projet de budget ou de PLFSS. L'objectif, présenter du concret dès le 1er janvier 2010.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :