Angela Merkel prête à endosser l'accusation de machisme sur la BCE

 |   |  470  mots
Mais où est donc passée la solidarité féminine ? Selon le Financial Times Deutschland, Angela Merkel, la seule femme chef d\'Etat en Europe, est décidée à soutenir mordicus la prédominance masculine au directoire de la Banque Centrale Européenne (BCE) via la candidature du président de la banque centrale du Luxembourg, Yves Mersch. Cette candidature a été repoussée hier par le parlement européen sur le prétexte qu\'elle exclurait la présence féminine de l\'instance de direction de la BCE pour les six années à venir.« Examen minutieux »Selon le FTD, Berlin estime que la candidature du Luxembourgeois a été proposée par le conseil des ministres des finances européens après « un examen minutieux. » Il serait donc logique à présent que le conseil des chefs d\'Etats et de gouvernements confirme ce choix. Autrement dit : l\'Allemagne est prête à passer outre l\'avis du parlement.« Orienté vers la stabilité »Ce soutien n\'est guère une surprise : les députés conservateurs allemands se sont montrés très solidaires d\'Yves Mersch. Pourquoi ? Parce que ce dernier est « orienté vers la stabilité ». Autrement dit, c\'est un « faucon », proche des thèses de la Bundesbank. Et l\'Allemagne compte beaucoup sur lui pour freiner les ardeurs des trois représentants des « pays du sud » : l\'Italien Mario Draghi, le Portugais Vitor Constancio et le Français Benoît Coeuré. D\'autant que le représentant allemand Jörg Asmussen s\'est montré jusqu\'ici très « modéré. » Les conservateurs allemands comptent donc beaucoup sur Yves Mersch pour faire preuve de résistance aux ardeurs « inflationnistes » de ses collègues.« Leurre »Selon le député européen CDU Bukhard Balz, la question de la représentation féminine est un « leurre » qui est utilisé à d\'autres fins. « Il importe surtout aux adversaires d\'Yves Mersch d\'empêcher qu\'un homme qui a une vision orientée vers la stabilité monétaire prenne place au directoire de la BCE », affirme-t-il. Angela Merkel voudra également sans aucun doute en faire une question de principe : elle a dû céder en 2011 la présidence de la BCE à Mario Monti après l\'abandon de « son » candidat Axel Weber. Or, pour ce dernier, elle avait déjà dû sacrifier Yves Mersch en 2010 sur la vice-présidence. Dans un contexte où beaucoup d\'observateurs allemands critiquent le fonctionnement de la BCE et le manque d\'influence des Allemands en son sein, la chancelière, qui a entamé sa campagne électorale ne peut se permettre une nouvelle défaite.Reste à savoir si ses partenaires européens la suivront dans une négation des droits du parlement qui attisera sans doute les critiques concernant le « déficit démocratique » de l\'Europe.  

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :