Les protestants seraient donc plus travailleurs et moins interventionnistes

 |   |  534  mots
Avec la crise européenne, l’argument « culturel » pour expliquer les comportements économiques a repris de l’ampleur. L’ouvrage de Max Weber, L’Ethique Protestante et l’Esprit du Capitalisme, paru en 1904 est une des sources souvent citées de cette pensée. Weber y soulignait que le protestantisme puritain cultivait un certain nombre de préférences qui avait permis l’établissement du capitalisme dans le nord de l’Europe. Au centre de cette hypothèse se situe « l’éthique du travail » qui permet aux protestants puritains de voir dans le travail une véritable fin en soi. Cette pensée est résumée par Max Weber lui-même dans cette maxime de Saint Paul : « celui qui ne travaille pas, ne le laissez pas manger. » Au final, cette éthique favoriserait alors le travail, la moindre intervention de l’Etat et une redistribution sociale plus limitée.La Suisse romande comme champ d’expérimentationUne équipe de chercheurs suisses soutenus par l’institut KOF de l\'école polytechnique de Zurich, a tenté de prouver par les faits cette perception qui est devenue aujourd’hui un véritable lieu commun. Pour ce faire, ils ont tenté d’isoler le facteur religieux et ont choisi pour cela d’examiner les comportements le long de la frontière religieuse en Suisse romande entre les cantons de Vaud et de Fribourg. Cette région présente plusieurs avantages pour l’étude : la division religieuse y est ancienne, et les facteurs extérieurs (géographie, politique, linguistique) y jouent faiblement (les communes choisies pour l’étude se trouvent toutes en plaine et sont toutes francophones). De surcroît, le protestantisme vaudois est calviniste, une forme très puritaine de la réforme. Les deux chercheurs, Christoph Basten et Frank Betz, ont ensuite compilé plusieurs données issues des votations (référendums) sur les questions économiques. A partir de ces données, ils ont définies les préférences des habitants de la région pour « le loisir », « la redistribution » et « l’intervention étatique. »Conclusions en faveur de l’hypothèse de Max WeberLes résultats de l’étude sont sans équivoques. La « préférence pour les loisirs » est supérieure de 12 points chez les Catholiques que chez les Protestants. Celle pour la redistribution et l’interventionnisme de 7 et 6 points respectivement. Les conclusions des chercheurs semblent donc confirmer par les faits les hypothèses de Max Weber. Et le milieu religieux pourrait ainsi jouer un rôle dans le développement et les comportements économiques. Les pays protestants du nord seraient donc plus aptes au capitalisme au sens weberien que les terres catholiques. Le fossé Nord-Sud au sein de l’Europe se verrait donc expliquer. Avec les nuances qui s’imposent : la Bavière et l’Autriche sont catholiques et affichent de faibles taux de chômage, tout comme certaines provinces du nord de l’Italie. A l’inverse, le poids de l’Etat reste très fort dans les pays scandinaves protestants. C’est que, comme le rappelait sans cesse Max Weber, il n’est pas de cause unique aux comportements des peuples.Retrouvez ici l\'integralité de l\'étude en anglais. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :