L'économie, clé du vote des Américains

 |   |  333  mots
C'est inscrit dans la Constitution américaine : le premier mardi après le premier lundi de novembre est jour d'élections. Et comme les scrutins sont décalés, certains tombent au milieu du mandat de quatre ans effectué par le président élu. Ces élections de mi-mandat, qui visent aussi bien à renouveler la totalité des sièges de la Chambre des représentants (435) et un tiers des 100 du Sénat qu'à choisir un gouverneur dans 36 des 50 États, sans oublier d'autres mandataires, au niveau étatique ou du comté, sont considérées - surtout les législatives - comme un test pour le président en place, voire un référendum. Le premier scrutin depuis l'élection historique de Barack Obama à la Maison-Blanche, il y a deux ans, ne fera pas exception. Les études d'opinion le prouvent, les citoyens s'exprimeront avant tout sur la politique menée par le président démocrate au cours de ses deux premières années de mandat. Et les sondages sont unanimes : face à un taux de chômage et un déficit élevés, face à une crise économique et financière qui perdure malgré le gigantesque plan de relance initié par le président, face aux réformes qu'il a initiées, sur la santé ou la finance, les Américains dans leur ensemble sont mécontents. Le taux d'approbation du président se situe à 43 % actuellement et les électeurs ont déjà annoncé leur intention de voter, à 46 %, pour les candidats républicains, contre 40 % pour les démocrates. Autant dire que la consultation du 2 novembre prochain ne devrait pas échapper à l'issue qu'ont connue d'autres présidents avant Obama, de Ronald Reagan à Bill Clinton : une cohabitation. Cette fois-ci, selon les projections, les républicains devraient ravir 60 sièges à la Chambre, nettement plus que les 39 nécessaires pour recouvrer une majorité perdue depuis 2006. Au Sénat cependant, les prévisions font état d'une percée républicaine de seulement 6 à 9 sièges, trop peu pour leur assurer une majorité.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :