Anakeen gère intimement processus et documentation

 |   |  333  mots
Lorsque le groupe coopératif Maïsadour a décidé d'améliorer sa gestion qualité, il a sollicité la start-up toulousaine Anakeen. Cette dernière édite Dynacase Platform, un logiciel open source qui associe intimement gestion de document et gestion de processus. Maïsadour, qui regroupe 8.000 agriculteurs en Aquitaine pour un chiffre d'affaires de plus de 1 milliard d'euros, avait besoin de structurer l'information et les process de ses 3.263 salariés. Dynacase Platform permet de gérer l'ensemble des différents types de documents utilisés par la coopérative et aussi d'assurer le pilotage et le contrôle des processus associés à ces documents. Ce n'est pas tout. Pour des métiers liés à l'agroalimentaire, Dynacase permet d'assurer la traçabilité des informations tout en garantissant l'intégrité des documents et leur confidentialité. Solutions moins chèresAnakeen développe un nouveau métier, le « case management », qui est à la croisée de la gestion de contenu et de la gestion de processus. Yannick Le Briquer, son fondateur, est un spécialiste de la gestion de documents. Il a notamment monté le premier partenariat entre la SSII française Steria et l'éditeur américain de gestion de contenu Documentum. « La structuration de l'information apporte sa richesse et sa valeur, poursuit-il. Malheureusement, les entreprises négligent leur patrimoine informationnel. » Anakeen a déjà noué des partenariats avec plusieurs SSII dont Steria, CS et SQLI. Elle se positionne comme un facilitateur pour produire des solutions métiers qui coûtent moins cher qu'un développement spécifique. Les intégrateurs peuvent aussi proposer à leur client une solution en mode SaaS (« Software as a Service »). Après avoir levé 600.000 euros en 2008 auprès de « business angels » pour passer au mode d'éditeur et mettre en place une force commerciale, Anakeen songe à lever 1 million d'euros pour se développer à l'international. Cette année, la société devrait réaliser un chiffre d'affaires de 1 million d'euros. Elle consacre 40 % de son activité à la recherche et développement. Pascal Boulard

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :