Les Coréens partent à l'assaut du marché nucléaire international

énergieAprès avoir décroché dimanche son premier contrat à l'export, avec la mégacommande de 20 milliards de dollars à Abu Dhabi, la filière nucléaire sud-coréenne se sent pousser des ailes. Dès lundi, Kepco, l'exploitant nucléaire chef de file du consortium vainqueur aux Émirats arabes unis, a fait savoir qu'il comptait répondre à l'appel d'offres que la Turquie prévoit de lancer au premier semestre 2010. Se préparant de longue date à aborder les marchés internationaux, les Coréens s'intéressent de très près aussi à la Jordanie, la Chine, le Vietnam, l'Indonésie et l'Afrique du Sud.Affichant des tarifs très compétitifs et des taux de disponibilité imbattables sur leur parc, le troisième au monde, les Sud-Coréens viennent ainsi jouer les trouble-fête sur le très convoité marché nucléaire, en cours de relance sur la planète. Marché tenu par les grands constructeurs historiques comme Areva, GE-Hitachi, Westinghouse-Toshiba et le russe Rosatom futur allié de Siemens. Le constructeur KHNP, une des nombreuses filiales de Kepco actives dans le nucléaire, a déjà remporté auprès de l'électricien indonésien PLN une étude de faisabilité pour le premier des quatre réacteurs dont le pays compte se doter d'ici à 2016.51 mois de travauxDepuis le milieu des années 1980, Kepco, KHNP et les fabricants de composants Hyundai et Doosan s'approprient progressivement la technologie d'origine Westinghouse sur laquelle repose la majorité de leurs 20 réacteurs, aux côtés de quelques unités canadiennes et deux réacteurs Framatome. En 2005, ils ont rebaptisé OPR-1000 leurs derniers réacteurs. Le réacteur qu'ils ont vendu à Abu Dhabi, l'APR-1400, appartient à la génération suivante, plus sécurisée, largement inspirée du design System 80+ de Westinghouse, avec lequel KHNP travaille depuis 2007 par le biais d'« un accord de codéveloppement ». Kepco affirme que l'APR-1400 est « similaire » mais apporte « une amélioration » par rapport au System 80+ qui « a été certifié par l'autorité de sûreté américaine ».Les deux premiers exemplaires de l'APR-1400 sont en construction en Corée du Sud, depuis octobre 2008 et septembre 2009 respectivement. Les Coréens prévoient cinquante et un mois de travaux. À titre de comparaison, le premier EPR, érigé en Finlande par Areva, ne démarrera pas avant 2012, après au moins sept ans de construction. Kepco annonce un coût de 4,7 milliards de dollars pour les deux APR-1400 suivants, dont la mise en service est prévue pour 2016, les premiers à être officiellement 100 % coréens.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.