Le yuan connaîtrait une hausse a minima en 2010

On ne lance pas de diktat à la Chine. Le Premier ministre, Wen Jiabao, l'a encore affirmé dimanche en déclarant : « Les pressions en vue d'une appréciation du yuan sont de plus en plus fortes, mais nous ne céderons pas. » Une façon de plagier John Connally, le secrétaire au Trésor de Richard Nixon lorsqu'il avait lancé à la face du monde au lendemain de la rupture de la convertibilité du dollar en or : « Le dollar, c'est notre monnaie, mais c'est votre problème », en l'appliquant au yuan. Or, le même dimanche, le ministre du Commerce, Zhong Shan, a lancé un pavé dans la mare en affirmant que la Chine avait de bonnes chances de supplanter l'Allemagne au rang de premier exportateur mondial dès cette année, en se taillant une part de 9 % du commerce mondial, malgré le reflux de 18,8 % qu'ont accusé ses exportations sur les onze premiers mois de 2009.Dans une telle hypothèse, les accusations de manipulation du taux de change du yuan par la Chine et de concurrence déloyale ne manqueraient pas de revenir au pas de charge. Et l'arrimage du yuan au dollar que Pékin a restauré à l'été 2008, au cours fixe de 6,83, serait à nouveau montré du doigt. Mais, on le sait, sous le vernis autoritaire, la République populaire sait aussi faire preuve de souplesse. N'avait-elle pas laissé sa monnaie s'apprécier, à son rythme, mais de 21 % quand même entre juillet 2005, date à laquelle elle avait, à la surprise générale, consenti une mini-réévaluation de 2,1?% du yuan face au dollar et la mi-2008. à pas comptésEn cette fin d'année, le petit exercice traditionnel des prévisions va bon train et dans tous les cas de figures, il fait ressortir une légère appréciation du yuan face au dollar en 2010, qui suppose que le lien fixe ? le peg ? soit à nouveau rompu, ou du moins assoupli. Sur le marché à terme, le cours du yuan à 12 mois ressort à 6,6580, tandis que la médiane des prévisions des économistes interrogés par l'agence Bloomberg pointe un cours de 6,62 pour 1 dollar à la fin du prochain millésime. Ce qui correspond à une hausse comprise entre 2,5 % et 3 %. Li Wei, stratège changes de la banque Standard Chartered à Shanghaï et spécialiste de la Chine, prédit pour sa part une stabilité du yuan au cours de la première moitié de l'année, puis une reprise progressive de sa revalorisation à pas comptés au second semestre, qui entraînerait la monnaie chinoise à 6,70 pour 1 dollar fin décembre 2010. Ce ne serait pas faire offense aux dirigeants chinois ! n

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.