Des fonds pour la paix (et la croissance) au Mali

 |   |  745  mots
Deux semaines et demie : c\'est le temps qu\'il aura fallut à l\'opération Serval déclenchée au Mali pour atteindre les objectifs fixés par le Président de la République. Les Français déployés au Mali avaient pour mission de stopper la progression des islamistes vers le sud du pays, et de libérer Gao et Tombouctou. C\'est désormais chose faite. \"Nous sommes en train de gagner cette bataille\", s\'est félicité François Hollande lundi soir, évoquant une victoire obtenue grâce au groupe formé par l\'armée malienne, d\'autres forces africaines et l\'armée française.\"Maintenant, les Africains peuvent prendre le relais et ce sont eux qui iront dans la partie du Nord dont nous savons qu\'elle est la plus difficile puisque des terroristes y sont cachés et qu\'ils peuvent encore mener des opérations extrêmement dangereuses pour les pays voisins et pour le Mali\", a poursuivi François Hollande lors d\'une conférence de presse à l\'Elysée qui s\'est tenu lundi soir.18,4 millions de dollars pour la stabilité macroéconomique du paysPar ailleurs, le Fonds monétaire international (FMI) a annoncé lundi l\'octroi au Mali d\'un prêt de 18,4 millions de dollars (soit l\'équivalent de 13,7 millions d\'euros) \"visant à préserver la stabilité macroéconomique et la croissance au cours des douze prochains mois\". Le Mali avait reçu un prêt du FMI de 46 millions de dollars en 2011 mais l\'avait annulé après le coup d\'Etat de mars 2012 et la prise de contrôle du nord du pays par les islamistes liés à Al Qaïda.Les donateurs internationaux lèvent 455,53 millions de dollarsCe mardi, les dirigeants africains et internationaux se réunissent  à Addis-Abeba en Ethiopie pour une conférence des donateurs dont le but est de financer le déploiement de la force africaine au Mali et la restructuration de l\'armée malienne. Ils ont réussi à lever 455,53 millions de dollars (soit 338,6 millions d\'euros) qui seront répartis entre aide militaire et humanitaire. Les besoins financiers pour cette restructuration n\'ont pas été rendus publics. Le budget total pour le déploiement de la Mission internationale de soutien au Mali (Misma) est quant à lui de 460 millions de dollars. L\'Union européenne doit fournir l\'équivalent de 50 millions d\'euros, le Japon a promis 120 millions de dollars en aide humanitaire, en aide au développement au Mali, et en entraînement militaire. De son côté, la Grande Bretagne a indiqué envisager d\'entraîner la Mission et de fournir une aide logistique sans plus de précision.La France n\'a \"pas vocation à rester au Mali\"Lundi soir, François Hollande a répété que la France n\'avait \"pas vocation à rester au Mali\" et qu\'à terme, les Français ne seraient là que pour encadrer et former l\'armée malienne, qui doit bénéficier à partir de la mi-février de l\'appui de la mission européenne de formation (EUTM), non combattante, composée de 450 hommes dont 200 instructeurs.Depuis le début de l\'opération Serval le 11 janvier, 3.500 hommes de l\'armée française ont été dêpéchés sur le sol malien. Ils sont accompagnés de 1.900 soldats africains, en sus des effectifs de l\'armée du Mali. \"Notre intervention a non seulement été décisive pour arrêter les terroristes mais a permis d\'enclencher une solidarité de toute l\'Afrique à travers ce qu\'on appelle la Misma (Mission internationale de soutien du mali) et de protéger les populations civiles de toutes les exactions\", a estimé le Président de la République.Plusieurs mois avant des électionsLa guerre n\'est pas encore terminée. Et de nombreux défis attendent le Mali, parmi lesquels l\'organisation d\'une transition politique sereine. François Hollande a émis le souhait que des élections soient organisées \"dans les délais qui seront les meilleurs, ce qui suppose le retour à l\'intégrité territoriale\". Investi en avril après le départ d\'Amadou Toumani Touré, le président malien par intérim Dioncounda Traoré a été chargé de l\'organisation des prochaines élections. Un accord signé le 21 mai dernier prévoyait une transition politique d\'un an. Organiser des élections devrait théoriquement prendre des mois.(Avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :