Air France reçoit son premier A380

De quoi mettre entre parenthèses les difficultés du moment. Huit ans après la commande passée au Salon du Bourget 2001, mais avec trois ans de retard sur le calendrier initialement prévu, Air France va prendre livraison ce matin du premier des douze Airbus A380 qu'il a commandés. L'événement se déroulera à Hambourg, le centre de livraison d'Airbus pour les clients européens et du Moyen-Orient de cet appareil. L'avion, d'une capacité de 538 sièges dans la configuration choisie par Air France (9 en première classe, 80 en classe affaires et 449 en classe économique) rejoindra l'aéroport parisien de Roissy dans l'après-midi. Sans jouer la surenchère avec Emirates, qui a installé des douches dans ses A380, ou avec Singapore Airlines (avec ses doubles suites en première), Air France a néanmoins promis des « surprises concernant le confort des passagers ».Après Singapore Airlines, Emirates et Qantas, la compagnie tricolore devient ainsi la quatrième au monde à accueillir le Super Jumbo d'Airbus dans sa flotte, mais la première en Europe, Lufthansa ne devant recevoir les siens qu'en 2010. Pour Airbus, qui peine toujours à respecter le rythme de production, ce sera le vingtième A380 livré, le premier exemplaire ayant été fourni à Singapore Airlines en octobre 2007.Après une période de formation des équipages, le premier vol commercial de l'A380 d'Air France aura lieu sur la ligne Paris-New York le 20 novembre. Un deuxième exemplaire sera reçu en janvier 2010 pour être positionné sur la ligne Paris-Johanesburg, aujourd'hui exploitée à raison de deux vols par jour. Le troisième A380 arrivera dans la foulée, lui aussi destiné aux liaisons vers la capitale économique sud-africaine. Enfin le quatrième Super Jumbo est prévu pour la saison estivale qui débute fin mars. Il sera introduit sur Paris-Tokyo. Il y a encore quelques mois, Air France comptait exploiter ses douze A380 en 2012. Mais ce calendrier n'est plus confirmé car la compagnie travaille sur un nouveau plan de flotte.casser sa tirelireSur le plan financier, même si la robustesse de l'euro face au dollar est un sérieux avantage, l'A380 contraint néanmoins la compagnie à casser sa tirelire (300 millions de dollars au prix catalogue) à un moment où la préservation du cash est une priorité. Mais il apporte des économies substantielles d'exploitation. « L'A380 est bien adapté à la crise », a toujours expliqué le directeur général d'Air France-KLM, Pierre-Henri Gourgeon. Sa grande capacité en sièges équivaut à celle d'un Boeing 777-200 et d'un Airbus A340 réunis, mais avec des coûts d'exploitation inférieurs de 20 %. Ce qui permet, sur une ligne exploitée avec plusieurs vols par jour, de supprimer un de ces vols tout en conservant presque la même capacité. C'est ce qu'il se passera sur Johannesburg. Dans le même temps, la faible « capacit頻 soute de l'A380 (à cause de l'espace pris pour embarquer les bagages de plus de 500 passagers) ne constitue pas un handicap puisque le transport de marchandises est en berne. Au final, selon Air France, chaque A380 lui fera économiser 12 à 15 millions d'euros par an.Seul hic, la fameuse classe Premium lancée récemment entre la classe affaires et la classe économique, pour enrayer le transfert de la clientèle professionnelle de l'avant vers l'arrière de l'avion, ne sera pas disponible sur les six premiers A380 en raison du manque « de ressources d'ingeniering d'Airbus », selon Air France. Ces avions seront reconfigurés ultérieurement.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.