France Télécom maintient son cap financier

Malgré le climat social interne, France Télécome;lécom maintient ses objectifs financiers et sa politique d'économies. L'opérateur en télécoms prévoit ainsi de dégager cette année 8 milliards d'euros de cash-flow et d'en distribuer au moins 45 % sous forme de dividende, soit environ 3,6 milliards d'euros. « Le cash-flow est un élément important pour traverser le mieux possible les perturbations sociales en France », a indiqué Gervais Pellissier, le directeur financier, lors d'une conférence de presse. Le groupe compte également poursuivre ses programmes d'économies et la mise en ?uvre de son plan de transformation.poids réglementaireSi les suicides successifs de salariés ces derniers mois ont entaché l'image de la société, Gervais Pellissier a assuré qu'« aucun élément relatif aux événements actuels n'apparaît au niveau de l'activité ou dans les comptes [?]. Y compris au mois de septembre, dans les difficultés sociales que vous connaissez, la performance commerciale en France a été bonne ». Selon le directeur financier, la baisse de 3,7 % du chiffre d'affaires au troisième trimestre et le repli de 0,7 point de la marge brute opérationnelle sont attribuables aux conséquences de la crise économique et aux effets négatifs de la réglementation. « Le poids réglementaire est lourd sur ce trimestre », a lancé à plusieurs reprises Gervais Pellissier, comme pour demander aux autorités de laisser un peu de répit à l'entreprise dans un contexte interne difficile. D'autant que les négociations en cours sur le temps partiel pour les salariés de plus de 57 ans ? indépendantes de celles sur le stress au travail ? pourraient se traduire par une provision d'environ 1 milliard d'euros.Comme Didier Lombard, le PDG du groupe, l'avait annoncé en début d'année, la principale variable pour préserver le cash-flow est l'investissement. Au troisième trimestre, France Télécome;lécom a investi 1,2 milliard d'euros, 16 % de moins que l'an dernier à pareille époque. Rapporté au chiffre d'affaires, le taux d'investissement est tombé à 9,5 % contre 9,9 % au premier semestre. La fin de l'année est souvent plus chargée en matière d'investissement, mais Gervais Pellissier a confirmé que les dépenses annuelles seront inférieures à 12 % du chiffre d'affaires.offres plus segmentéesLa fibre optique fait notamment les frais de cette politique. Mécontent du cadre réglementaire, le groupe gèle toujours ses investissements en France pour déployer dans les foyers ce réseau fixe à très haut débit. Autre secteur qui doit se serrer la ceinture : la téléphonie mobile, tant en capacité de réseau qu'en couverture. Alors que l'Autorité des télécoms menace de sanctionner les opérateurs qui ne tiennent pas leurs obligations, Gervais Pellissier a rappelé que dans la 3G, avec un taux de couverture de 83 % en France, France Télécome;lécom devance SFR de 8 points.Enfin, sans vouloir dévoiler sa stratégie, la direction de France Télécome;lécom a indiqué « se préparer à l'hypothèse de l'arrivée du quatrième opérateur » mobile, en segmentant de plus en plus ses offres pour répondre le plus possible aux besoins de ses clients. « Et puis, c'est la quatrième tentative depuis 2000 », a ironisé Jean-Yves Larrouturou, secrétaire général du groupe, pour rappeler que si une candidature a été déposée par Free, la licence n'est pas encore attribuée.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.