Le salarié est invisible dans le discours des patronsQu'es...

 |   |  361  mots
Le salarié est invisible dans le discours des patronsQu'est-ce qui vous a frappé dans les messages de dirigeants que vous avez analysés??Frank Bournois. Nous avons d'abord été frappés par l'inquiétude des grands patrons. Dans leurs discours, le pessimisme l'emporte largement avec deux tiers de mots négatifs («?catastrophe?», «?chômage?», «?coûts?», etc.) contre un tiers de mots positifs («?anticrise?», «?confiance?», «?désendettement?», etc.). Est-ce une conséquence?? L'incertitude et le doute transparaissent en tout cas dans leurs messages. Les chiffres sont absents. Sans doute, cette ambiguïté est-elle voulue?Quelles sont les autres surprises??Sébastien Point. Dans bon nombre de documents, le salarié est? complètement invisible?! Il reçoit de bien faibles marques de reconnaissance, alors que les membres du comité de direction ou du conseil d'administration sont remerciés. Ensuite, l'absence des mots comme «?passion?», «?désir?», «?heureux?», «?confiance?», «?fier?», «?craindre?» souligne le peu d'émotion qui transpire à la lecture des lettres. Les patrons semblent bien faiblement impliqués. De même, nous avons été aussi étonnés de l'absence de comparaisons avec les années précédentes ou au sein même du secteur d'activité. Les dirigeants se contentent d'affirmer qu'ils sont les leaders sur leur segment.Avez-vous relevé des évolutions des discours dans le temps??Sébastien Point. Si le format et les grandes thématiques abordées sont systématiquement reproduits depuis une décennie, en revanche le cru 2008 marque un tournant avec l'apparition du mot ? et du thème ? de la crise. Pour l'après-crise, il faudra attendre les rapports annuels produits dans les prochaines années?!Quelles conclusions pratiques peut-on tirer de l'étude??Frank Bournois. Si les dirigeants nous le permettent, nous aurions quelques suggestions à leur soumettre?: mieux soigner la forme ? très révélatrice ? en utilisant avec plus d'attention les verbes?; se souvenir de leurs discours des années précédentes et se rappeler que l'effet de leurs paroles dépasse l'exercice?; faire preuve de plus de créativité ? la prudence extrême de ces messages nuit à leur cohérence ?, afin d'aller droit au c?ur des lecteurs.Propos recueillis par P. J.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :