Les implants orthopédiques s'équipent de puces intelligente...

 |   |  471  mots
Les implants orthopédiques s'équipent de puces intelligentesImplanet a mis au point un suivi des prothèses avec des étiquettes dotées de puces RFID, qui permettent une identification sans contact, par ondes radio. La qualité du suivi médical s'en trouve améliorée, depuis les prestations du bloc opératoire jusqu'au suivi des patients dans le temps.Fini l'inventaire manuel. Le suivi des prothèses Implanet s'effectue à présent par étiquettes intelligentes dites­ RFID pour Radio­ Fre­quency IDentification, autrement dit par radio-identification. La gestion des stocks et la recherche des dossiers patients y gagnent ainsi en rapidité et en fiabilité depuis déjà un an et demi. Difficile dorénavant de se tromper d'étiquettes ou de patient, la déperdition d'informations et les ressaisies ont disparu.«?Plusieurs professionnels interviennent en séquence ou en parallèle dans la ?supply chain? de la santé. La traçabilité électronique de nos implants a réduit le taux d'erreur à 0?% depuis dix-huit mois, hors transporteur livré. Cela représente quelque 190.000 lignes de produits diffusés sur le marché français sans aucune erreur ! » souligne Erick Cloix, PDG d'Implanet, une PME bordelaise d'une cinquantaine de salariés. Second motif de fierté pour le concepteur de la technologie Beep N Track, la banque de tissus osseux vient de retenir sa solution de traçabilité comme brique de référence, une nouvelle installation étant prévue dès la fin 2009.Pour tracer l'implant orthopédique, l'étiquette RFID mémorise sur une minuscule puce un numéro de série de 12 à 15 chiffres, mais aussi la taille, le diamètre et le matériau de la prothèse. Plusieurs années après l'opération, l'industriel sait toujours ce qu'il a livré et quel patient porte son produit. En cas de rappel de certains produits, la recherche dans les archives de l'hôpital est simplifiée. Ce faisant, le fournisseur de dispositifs médicaux implantables délivre un service spécifique jusqu'au bloc opératoire.un seul système de suivi« La surveillante du bloc valide l'opération d'un simple clic sur un bouton. C'est un gain de temps et de productivité appréciable puisqu'on passe de quatre systèmes de suivi à un seul, les mêmes informations étant transmises de la commande, au réassort du stock et jusque dans le corps du patient », explique Erick Cloix. Le service informatique est hébergé et mis à disposition des clients d'Implanet via une architecture distribuée. En clair, les serveurs redondants de l'équipementier bordelais sont répliqués sur deux sites distincts, des bunkers opérés par IBM. Cette organisation permet à Implanet de licencier sa technologie, tout en assurant la totalité du service, de la gestion de la collecte jusqu'à l'archivage des données durant vingt ou quarante ans. Olivier Bouzereautraçabilité

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :