Vranken gagne des parts de marché dans la crise

 |   |  254  mots
LA VALEUR À SUIVREAprès une grosse frayeur, les investisseurs sont finalement rassurés par les résultats des maisons de champagne en 2009. Ce mardi, le titre Vranken-Pommery Monopole a gagné 2,67 % à 30,80 euros, après des résultats meilleurs que prévus. Le propriétaire des marques Pommery, Vranken, Heidsieck ou Lafitte a publié un résultat net en hausse de 6,9 %, à 18,2 millions d'euros, bien supérieur au consensus (12 millions). Malgré un volume de ventes stable de 19,8 millions de bouteilles, son chiffre d'affaires a en revanche reculé de 5,6 % en raison d'un effet mix défavorable : Pendant que les Pommery à 37 euros l'unité se vendaient moins, les Lafitte et Heidesieck, commercialisés à plus de 60 % avec promotion (pour moins de 20 euros) ont vu leurs volumes progresser de 17 %. La marge opérationnelle en a pris un coup, passant de 18 % à 15,7 % entre 2008 et 2009. Mais le numéro un du groupe reste confiant. « Nous devrions revenir à 17 % dès 2010 et à 20 % à terme », explique Paul François Vranken. Grâce à son portefeuille diversifié, constitué à 14 % de marques premier prix à moins de 15 euros, et à plus de 40 % de marques à moins de 20 euros, il a déjà pu augmenter, cette année, sa part de marché totale de 6,2 à 6,8 % ; et a même, contrairement à toutes les autres maisons, gagné du terrain à l'international (qui passe de 46 % à 49 % de ses ventes), notamment en Grande Bretagne. Malgré 2,5 millions d'euros de réduction de coûts, sa dette reste toujours l'une des plus élevées du secteur, à 511 millions d'euros et ce, même si celle-ci est couverte à 105 % par les 3,3 ans de bouteilles en stock. Sophie Lécluse+ 2,67 %

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :