Clermont-Ferrand fête ses champions

L La fête ne fait que commencer... » Dès la fin de la finale remportée face à Perpignan (19-6), Alexandre Audebert avait prévenu : la nuit risquait d'être longue pour célébrer le titre de champion de France de rugby de l'AS Montferrand (ASM), le premier après dix finales perdues. D'autant que comme son son capitaine Aurélien Rougerie, le troisième ligne revenait au Stade de France après quatre échecs. D'où les désirs festifs de ce natif de Suresnes et de tout le groupe auvergnat. Par superstition sans doute, l'entourage du club n'avait pas communiqué le lieu parisien retenu pour arroser un éventuel premier titre. Il est finalement 1h30 quand le bus quitte le Stade de France. Direction le VIIIe arrondissement de Paris et une célèbre discothèque de la capitale, à quelques pas des Champs-Elysées. Devant Les Planches, ils sont déjà une centaine à attendre patiemment les héros du soir. La famille bien sûr, mais également les amis et des supporters qui tentent de pénétrer dans l'établissement privatisé pour l'occasion.A 2 h 00, les joueurs arrivent un à un devant la discothèque. Marius Joubert et Morgan Parra sont parmi les premiers à entrer. Elvis Vermeulen, Julien Pierre, Vern Cotter papotent tranquillement dans la rue en attendant leurs proches. Quant à Vincent Debaty, il se présente tardivement rue du Colysée, soulevant fièrement le Bouclier de Brennus, le trophée des champions.Absent de la feuille de match, Benoît Baby n'est pas le dernier à se faire tirer le portait avec le fameux « bout de bois ». Tout comme l'Argentin Martin Scelzo, déchaîné et qui ne cesse de crier dans un français qu'il maîtrise désormais parfaitement : « On est les champions ». Loïc Jacquet présente son père aux fidèles supporters de l'ASM. Alexandre Audebert continue ses pitreries. Jamie Cudmore et Julien Pierre enchaînent quelques pas de danse. Quant à Morgan Parra, il emprunte l'appareil photo d'un journaliste présent dans la salle pour mitrailler les convives. La nuit clermontoise bat son plein...On imagine donc un réveil particulièrement difficile. Surtout que les joueurs et le staff avaient rendez-vous dimanche avec leur public en Auvergne. « Je ne sais pas ce que ça va donner place de Jaude, mais ça devrait être énorme », envisageait Anthony Floch dans le train pris gare de Lyon à 13h00. La prédiction s'avère juste. A Clermont, ils sont plusieurs milliers à s'être massés dans les rues. Vêtus d'un t-shirt jaune floqué ASM, les joueurs prennent place dans le bus impérial qui leur est réservé à 17h30. Et alors que Marius Joubert porte un casque de gaulois, Loïc Jacquet présente le Bouclier. Le véhicule mettra près d'une heure à parcourir les deux kilomètres qui séparent le stade Marcel-Michelin de la place de Jaude. Depuis le temps que les 50.000 fidèles massés sur la place attendaient cela, il n'était pas question de manquer l'évènement. n afpLe titre de champion de France de rugby de l'AS Montferrand (ASM), le premier après dix finales perdues, a été l'occasion d'une fête place Jaude à Clermond-Ferrand.XX lorem ipsum Essenis numsan heniat luptat veliquamet duis dolortie

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.