Dis-moi ce que tu tweetes et je te dirai quoi lire !

 |   |  596  mots
François Hollande, vous devriez lire \"Why nations fail: the origin of power, prosperity and poverty\" (\"Pourquoi les nations sombrent: l\'origine de la puissance, de la prospérité et de la pauvreté\" *). Cet ouvrage de Daron Acemoglu et James Robinson -respectivement économiste au MIT et professeur à Harvard- constitue un des conseils de lecture de l\'application BookRx au chef de l\'Etat. Ou plutôt à @fhollande, pour être précis. Développée par des chercheurs de l\'université de Northwestern aux Etats-Unis et mise en ligne le 18 décembre, cette application passe au peigne fin les mots-clés des tweets et les personnes que l\'on suit sur Twitter pour offrir des conseils de lecture. Le principe est simple: on rentre un nom d\'utilisateur sur le réseau, on valide, et toute une série de recommandations de livres apparaissent, triées par rubriques (business, politique, sport, sciences et technologies...). L\'affichage est hiérarchisé en fonction des centres d\'intérêt de chacun. Pour simplifier la tâche à qui voudrait acheter un des ouvrages conseillés, l\'application renvoie ensuite sur la page dédiée du site Amazon.com.\"Lying\" pour ObamaAinsi, BookRx conseille à Nicolas Sarkozy de s\'atteler à la lecture de la fiction \"Days after the crash\" (\"Les jours après le crash\" *) de Joshua Fields Millburn! L\'ouvrage raconte la descente aux enfers d\'un musicien qui tente de reprendre sa vie en main. Strictement rien à voir, donc, avec la dernière élection présidentielle française. Quant à Barack Obama, l\'application conseille notamment au 44e président des Etats-Unis la lecture de \"Lying\" (\"Mensonge\"*) de l\'auteur à succès Sam Harris. Lequel soutient dans son livre que si la culture de la vérité dominait, le monde n\'en serait que meilleur.BookRx est le fruit d\'un travail entre un étudiant du Knight Lab Shawn O\'Banion, et son professeur, Larry Birnbaum, spécialiste réputé des sciences informatiques. Elle a été financée conjointement par la Fondation John S. and James L. Knight et la Fondation nationale des sciences (NSF). A La Tribune, Larry Birnbaum confirme qu\'Amazon n\'a ni participé, ni déboursé le moindre centime pour ce projet. Le choix de lier les recommandations aux pages des ouvrages sur le site marchand s\'est imposé \"pour des raisons pratiques\" et son large éventail de livres disponibles, nous assure-t-il.Les \"médias sociaux\", un \"miroir de la société\"?Toutefois, le duo ne cache pas les limites de l\'exercice. De fait, sur Twitter (comme sur Facebook), les utilisateurs cherchent bien souvent à maîtriser l\'image qu\'ils renvoient. Et ce faisant, ne se livrent pas complètement, ce qui constitue une source de biais. Comme le concède Larry Birnbaum, les recommandations de BookRx \"ne sont finalement qu\'une manière de visualiser la façon dont on se présente sur Twitter\". Et ce faisant, indique-t-il, l\'expérience doit permettre de mieux cerner dans quelle mesure les médias sociaux constituent \"un miroir des individus et de la société\".Sur ce créneau, le tandem n\'en est pas à son coup d\'essai. Dans la même veine, il a récemment créé l\'application TweetCast. Celle-ci visait à prédire le vote d\'un internaute lors de la présidentielle américaine en fonction de ses tweets, selon le même principe que BookRX. Et on note que d\'après cette application, François Hollande, tout comme Nicolas Sarkozy, auraient voté Barack Obama.* : ouvrage non disponible en franç

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :