«Une banque joignable 24h sur 24 optimise la qualité du service» Patrice Bégay, Bpifrance

 |   |  279  mots
(Crédits : PASCALINE DARGANT)
Le secteur bancaire n’est pas épargné par la vague du digital et les nouveaux comportements qui l’accompagnent. Le web et le mobile sont devenus des outils de communication incontournables. Les banques y voient une opportunité de réinventer une relation client axée sur la proximité et la personnalisation. Rencontre avec Patrice Bégay directeur exécutif de Bpifrance.

LA TRIBUNE - Pensez-vous que le digital soit une innovation porteuse dans le secteur bancaire ?

Patrice Bégay - Le digital a déjà massivement révolutionné le secteur bancaire et bouleversé la relation entre la banque et ses clients, entreprises ou particuliers. L'internaute a, depuis plus de dix ans maintenant, la possibilité de suivre en temps réel ses mouvements bancaires, d'agir sur ses comptes, de donner des ordres. Au niveau des clients parti culiers, c'est directement visible, avec des guichets d'agences moins encombrés. La relation humaine reste clé, car à chaque client correspond un nouveau projet. Chez Bpifrance, nos chargés d'affaires passent 90 % de leur temps chez les clients, un vrai travail d'équipe avec nos par tenaires bancaires.

Comment aidez-vous les banques à être plus compétitives sur ce volet stratégique?

Notre volonté, au sein de Bpifrance, est de proposer aux chargés d'affaires le digital en tant qu'outil d'amélioration de la relation client. Le digital permet plus de proximité. Ce qui est l'une des quatre valeurs de notre marque. Concernant l'aide aux banques traditionnelles, les extranets proposés par Bpifrance sont des outils indispensables pour fournir aux entreprises les réponses qu'elles attendent dans des délais très courts.

Pensez-vous que ce soit, pour les banques françaises, un atout concurrentiel à l'international ?

Une banque joignable par ses clients 24 h sur 24 et depuis n'importe où dans le monde est une banque qui optimise la qualité du service délivré au client. C'est forcément un atout concurrentiel fort pour les banques françaises. Et, aujourd'hui, les entrepreneurs qui réussissent plus vite et plus fort sont ceux qui innovent et se développent à l'international.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :