Les déséquilibres économiques internationaux renaissent...

 |  | 268 mots
Lecture 1 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters
La crise les avait fait fondre en 2009, mais avec le retour de l'activité mondiale ils reprennent de l'ampleur.

La récession mondiale de 2009 avait fait fondre les déséquilibres économiques internationaux et nourri l'espoir que ce mal, qui ronge l'économie, disparaîtrait. Espoir envolé. Depuis 2010, ces déséquilibres ont recommencé à s'amplifier, observe l'OCDE, qui se fonde sur la balance courante (solde des flux commerciaux et de services, des flux d'intérêts, des aides...) pour bâtir son constat. Ainsi, le déficit courant des États-Unis ne représentait plus qu'environ 2,5 % du PIB en 2009 avant de reprendre de l'embonpoint pour se rapprocher de 4 % en projection en 2011 et 2012. Inversement, l'excédent courant chinois est repassé sous le seuil de 3 % du PIB en 2009, puis a quasiment doublé en 2010. Même phénomène en Europe où l'Allemagne voit son excédent courant chuter en 2009 avant de repartir à la hausse vers 8 % projeté pour 2012.

À l'origine de ces déséquilibres, on trouve, d'une part, les pays dont le modèle de développement repose sur les exportations comme la Chine ou l'Allemagne, lesquels se sont remis à exporter avec vigueur depuis 2010 à la faveur de la reprise économique, et, d'autre part, les pays dont la consommation intérieure s'emballe, comme c'est le cas aux États-Unis, et dont les déficits se creusent.

Un constat rassurant, « même s'ils reprennent de l'ampleur, les déséquilibres économiques internationaux sont loin d'atteindre les sommets de 2007 et 2008 », explique Jean-Luc Schneider, directeur adjoint du département des Affaires économiques à l'OCDE. Autre bonne nouvelle, « le problème ne semble plus venir de la Chine qui est proche de la surchauffe », souligne-t-il. À l'horizon 2012, l'OCDE table sur une stabilisation de l'excédent courant chinois autour de 5,5 %.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :