Le baril de brent franchit les 120 dollars

 |   |  322  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
La dégradation de la situation et des équipements en Libye crispe les traders.

Le baril de brent de la mer du Nord a franchi en séance le cap des 120 dollars lundi, pour la première fois depuis août 2008. Cette nouvelle poussée de fièvre a été rapidement reliée au chaos que traverse la Libye, alors que les forces de Kadhafi bombardaient ce lundi le champ de pétrole Misal, à l'est du pays. « Il s'agit d'un bond en avant, la destruction des installations n'était pas totalement intentionnelle jusqu'à maintenant » assure un spécialiste de marché, en se rendant compte que le pétrole libyen risque de rester aux abonnés absents pour longtemps. Et quand bien même le conflit s'achèverait rapidement, la vacuité du pouvoir risquerait de peser sur le retour à la normale.

Poussées de fièvre

Aléatoires et plus liées à la situation géopolitique qu'à des tensions réelles entre offre et demande, les poussées de fièvre subies par le baril ont néanmoins une tendance haussière sur le moyen terme : le plancher en dessous duquel le pétrole ne peut plus baisser ne cesse de grimper. Ainsi, Farouk al-Zanki, directeur général de la compagnie pétrolière Kuwait Petroleum Corp (KPC) a déclaré lundi qu'il ne pensait pas que le pétrole puisse aujourd'hui se traiter en dessous des 90 dollars par baril.

« Quand le pétrole grimpe, quelle que soit la raison, il ne retombe jamais aussi bas qu'il était auparavant » a assuré le dirigeant. Le ministre saoudien du Pétrole, Ani Naimi, évoquait encore à l'automne dernier une fourchette entre 70 et 80 dollars pour le baril de brut. Mais cet objectif aura entre-temps grimpé. L'Arabie Saoudite a en effet annoncé un large programme de dépenses publiques destinées à calmer les revendications, à hauteur de 93 milliards de dollars. Des coûts qui ne seront couverts dans le budget saoudien que si le pétrole cote entre 80 et 100 dollars, et non plus 60.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :